• Pierre Janet : la direction refuse les négociationsAlors que l'on pouvait penser que la situation de Pierre Janet, en grève depuis mi-juin, pouvait se débloquer cette semaine, la direction  de l'hôpital a soudain refuser d'ouvrir des négociations, et ce bien que la sous-préfète se soit proposée comme médiatrice. Motif : ce qui a été évoqué comme avancée en terme de personnels supplémentaires n'est pas négociable (voir le blog de notre élu régional, article du 6 juillet). C'est ça ou rien !

    A t-on jamais vu pareille arrogance de la part d'une direction ? La sous-préfète a dû en rester baba (à moins, ce qui est toujours possible, qu'il y ait une sorte de "partage des rôles", entre direction et sous-préfecture, comme dans les mauvais polars : le bon flic versus le méchant flic).

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Victoire pour Cédric Herrou !Le conseil constitutionnel vient d'abroger le "délit de solidarité", considérant que l'aide désintéressée au séjour "irrégulier" ne saurait être passible de poursuites et de sanctions.

    Cette QPC (Question Prioritaire de Constitutionnalité) avait été initiée par Cédric Herrou et un autre militant de la vallée de la Roya. Eux mêmes ayant été condamnés plusieurs fois pour aide au séjour "irrégulier". C'est nous qui mettons "irrégulier" entre guillemets, car nous savons très bien qu'aucun séjour n'est irrégulier puisque tout être humain a le droit de migrer, où il veut, quand il veut, de "quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays" (Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, ONU, 1948).

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • François Ruffin demain à Pierre JanetFrançois Ruffin sera demain mardi à Pierre Janet, lors de l'assemblée générale de 13h, pour soutenir les "perchés", et évidemment tout le personnel de Janet en grève, et leurs revendications.

    Ces revendications sont les suivantes :

    - La création d'une unité supplémentaire, avec les postes afférents : 50 postes.

    - L'arrêt de la polyvalence. Rappelons que cette polyvalence ne consiste qu'à changer de pavillon pour boucher les trous !

    - L'arrêt des fermetures de structures extérieures, telles les CMP, ce qui aboutit à envoyer toujours plus de monde vers l'hôpital, alors que les personnes concernées ont des pathologies qui ne le justifient pas.

    - La stagiarisation et la titularisation des personnels contractuels,

    - Augmentation du nombre de personnels administratifs et techniques, indispensables à la bonne prise en charge des activités de soins.

    - 13 postes pour la création d'un Service Infirmier de Compensation et de Suppléance (SICS) de nuit : demande conjointe de la direction et de l'intersyndicale.

    L'ARS a tenté une piteuse approche ces derniers jours, en proposant à une délégation de se voir... à Caen. Évidemment une manière d'essayer de couper la délégation en question de la base des grévistes. Cette manœuvre a échoué. Rappelons qu'au Rouvray, lors de la négociation avec l'ARS, chaque point négocié était annoncé, discuté et voté devant l'assemblée du personnel. A Pierre Janet, ce sera la même chose : il est hors de question qu'une négociation se tienne ailleurs que sur place. C'est d'ailleurs pour cela que le personnel a également refusé une invitation de la direction de l'hôpital à Jacques Monod.

    Pour l'instant, les perchés tiennent bon, malgré la chaleur, sur le toit des urgences de Pierre Janet. L'ARS quant à elle est toujours aux abonnés absents.

    Rappelons que notre élu régional a envoyé il y a déjà 5 jours une lettre à la préfète de région et à la sous-préfète du Havre, pour demander une médiation, sachant que la directrice de l'ARS a beaucoup de mal à prendre des décisions par elle-même si elle n'est pas un peu "boostée" par des ordres de sa hiérarchie, donc des représentant-e-s de l’État. Un peu de nonchalance peut-être ? Dont elle avait également été victime lors de la grève de la faim au Rouvray.

    Cette lettre n'a toujours pas reçu de réponse. Comme quoi les élu-e-s sont aussi méprisé-e-s que ceux et celles qu'ils/elles défendent.

    Quoi qu'il en soit, les hospitalier-e-s de Janet ont besoin de nous ! Ils et Elles recevront également, venue avec François Ruffin, une délégation de soignant-e-s de l'hôpital Philippe Pinel, d'Amiens, en lutte également.

    Tous et toutes à Pierre Janet, mardi 3 juillet à 13h !

    Pour en savoir plus sur la situation de Pierre Janet :

    http://gilles-houdouin.eklablog.com/22-juin-visite-de-pierre-janet-a145519974

    http://gilles-houdouin.eklablog.com/dans-la-ville-d-edouard-philippe-l-hopital-creve-aussi-a145112896

     

    photo : © Jean-Luc Nail

    François Ruffin demain à Pierre Janet

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Le tour de France de LéopoldNon, il ne s'agit du titre d'un inédit de Jules Verne retrouvé au fond d'un grenier, mais du périple que l’État, en cassant régulièrement les jugements de relaxe émis en faveur de Léopold Jacquens (voir article précédent), impose aux défenseur-euse-s des droits humains.

    Après les étapes du Havre, de Rouen et de Caen, c'était hier au tour d'Amiens, que nous sommes allé "visiter" avec Léopold. Nous étions 35 du Havre à accompagner Léopold et Maitre Antoine Mary, son avocat.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Archarnement judiciaire contre Léopold JacquensL'état, car c'est bien de cela qu'il s'agit refuse de reconnaitre les décisions de justice concernant Léopold Jacquens. Par deux fois, Léopold, "délinquant solidaire", trainé devant la justice pour avoir aidé une dame étrangère en situation "irrégulière" gravement malade, a été relaxé : la première fois par la cour d'appel de Rouen, la seconde par celle de Caen. Par deux fois également la cour de cassation a cassé les jugements et renvoyé Léopold devant la justice. Cette fois, le 4 juin prochain, ce sera devant la cour d'appel d'Amiens.

    On pourrait ironiser en demandant combien il reste de cours d'appel afin que le tour de France soit complet, jusqu'à ce que l'état en trouve une aux ordres, mais cet acharnement n'a rien de drôle.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique