• "l'avenir de l'université s'annonce bien sombre"L'université du Havre se mobilise contre la loi de "programmation de la recherche". Les enseignant-e-s et enseignant-e-s chercheurs-euses font entendre leurs craintes et leur indignation face aux conséquences de cette loi, qui doit être votée mardi prochain, 17 novembre.

    Un représentant du SNES-up FSU s'est d'ailleurs longuement exprimé dans la presse locale.

    Du fait de l'état d'urgence sanitaire, les moyens d'action sont limités, bien sûr. Mais les enseignant-e-s veulent expliquer à la population les grands axes de cette loi.

    Nous avons été sollicités pour que ce blog soit l'un des vecteurs de cette explication. C'est donc avec plaisir que nous leur donnons la parole et publions ci-dessous un texte signé pour l'instant par 85 membres de la communauté salariée de l'université du Havre.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Solidarité avec les travailleurs de Dresser !Au conseil municipal du Havre, un vœu concernant l'usine "Mazeline" du groupe Dresser-Rand a été voté à l'unanimité. Hélas, le vœu initial a été dévoyé par le maire, Édouard Philippe, qui ne voulait pas entendre parler de moratoire sur les suppressions d'emploi. Bien sûr !

    Il est donc important de revenir sur cette annonce de 295 suppressions de postes, même si elle date déjà de début septembre, car elle est symptomatique du fonctionnement actuel du capitalisme, qui trouve dans l'inévitable transition écologique le prétexte en or pour poursuivre ses dégraissages et délocalisations boursières, et symptomatique également du mutisme ahurissant de nos gouvernants, quelle que soit la strate qu'ils occupent dans l'appareil d'état : La politique d'Hervé Morin, par exemple, est de regarder sans rien dire les entreprises mastodontes supprimer des milliers d'emploi (Lafarge, EDF, Total, Dresser...), et prétend de l'autre côté agir pour l'emploi en subventionnant à coups de capitaux régionaux (donc publics) des entreprises qui vont en créer quelques centaines. Les autres (municipalité, département...) agissent à l'avenant.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    6 commentaires
  •  

    Clinique Océane : un lock-out déguisé pour briser une grève !Le directeur de la Clinique Océane (clinique psychiatrique), vient d'apporter un démenti cinglant aux libéraux, dont fait partie le maire du Havre, qui nous serinent, peu importe la couleur de l'offre de soins- privée ou  publique, l'essentiel est qu'elle existe.

    Imagine-t-on que l'hôpital public ferme ses lits et renvoie tous les patients, du jour au lendemain, pour cause de grève ? Évidemment non. Personne ne l'imagine, l’hôpital étant tenu  à assurer sa mission de service qui passe par la continuité de service.

    C'est pourtant ce que s'est permis de faire la Clinique Océane, sous couvert d'une décision préfectorale au nom de la sécurité sanitaire, 51 patients renvoyés chez eux ou transférés du jour au lendemain. Un lock-out déguisé pour briser une grève.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • Jeudi 9 mai : défense de la fonction publiqueCela fait des années que la fonction publique est dans le collimateur du libéralisme. Cela fait des années que les syndicats, les mouvements politiques de gauche appellent à la mobilisation pour la défendre. Cela fait des années que les citoyen-ne-s voient bien que les services publics se dégradent. Une des causes de l'explosion sociale des Gilets Jaunes en novembre était d'ailleurs la désertification des campagnes en terme de services publics, et de services rendus au public (sécu par exemple).

    Mais les attaques portées par Macron et son gouvernement sont d'une toute autre nature. En faire la liste ici serait fastidieux, personne n'aurait le courage d'aller jusqu'au bout.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Agenda du 16 mars : complet !! Il fallait bien un article de blog pour énoncer l'agenda du 16 mars, car il est compliqué. C'est un peu dommage que toutes ces actions arrivent en même temps, mais nous n'y pouvons rien !

    Commençons par les manifestations au Havre :

    • Le 15 mars 2011, débutait la révolution Syrienne, réprimée dans le sang par le régime de Bachar Al-Assad et ses alliés. 8 ans de guerre, d'emprisonnements, de tortures, des centaines de milliers de tué-e-s, de blessé-e-s, de civil-e-s gazé-e-s, au mépris de toutes les conventions des droits de l'humain, et des règles de la guerre, si tant est qu'on puisse parler de règles dans ce domaine.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique