• Boualem BENKHELOUFIl n'était pas Havrais. Qu'importe ! Nous n'avons pas de frontières ! Un camarade qui part, d'où qu'il vienne, c'est de l'énergie, des idées, du dynamisme qui manqueront cruellement à notre combat. C'est une perte pour toutes et tous.

    Communiqué ENSEMBLE ! Aubervilliers

    Notre frère, notre ami, notre camarade, Boualem BENKHELOUF, est décédé ce 1er mai 2020, après des semaines en réanimation suite au Covid 19.

    Nous saluons ici l’engagement politique, syndical et associatif de toute une vie.

    Il avait passé son enfance et sa jeunesse à Bordeaux. Il était devenu un boxeur amateur reconnu, fier de montrer les documents écrits et photographiques relatant ses prestations.

    Dès son entrée dans le monde ouvrier, il s’était engagé dans le militantisme syndical à la CGT du bâtiment.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • Paul RéguerNotre camarade Paul REGUER vient de s’éteindre, cette nuit, dans sa 92ème année.

    Né le 27 juin 1928 dans le Finistère, il eut une vie politique bien remplie : adhérent de la Jeunesse étudiante chrétienne (JEC) en l’été 1941 à Morlaix, ce fut pour lui le début d’une activité militante d’action catholique. Dès son arrivée au Havre en 1949, Il fut membre de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC). En 1953, avec Christiane, son épouse, il rentra à l’Action catholique ouvrière (ACO).

    Il participa à la Nouvelle Gauche en 1953. C’est au mois de Mai 1954 que naquit le Comité de Liaison et d’Initiative de la Nouvelle Gauche. Il regroupait le CAGI (Centre d’Action des Gauches Indépendantes), la Jeune République et l’Union Progressiste. C’est en 1955 que se créa au plan national le Mouvement Uni de la Nouvelle Gauche qui rassemble la totalité du CAGI, une partie de l’Union Progressiste et de la Jeune République, les groupes régionaux et locaux se réclamant de la Nouvelle Gauche, dont celui du Havre. Paul Réguer devint membre de l’Union de la Gauche Socialiste (UGS).

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • Michel LEQUENNE 25 mai 1921- 13 février 2020Michel LEQUENNE, né au Havre et havrais jusqu'à la déclaration de la seconde guerre mondiale, était une figure du mouvement trotskyste, que beaucoup d'entre nous ont connu : ceux et celles qui ont, un jour ou l'autre, milité à la Ligue Communiste, puis à la Ligue Communiste Révolutionnaire entre 1968 et les années 90. Plus généralement, ce fut une figure du mouvement ouvrier, et à ce titre, il fait partie des nôtres.

    Je serais bien incapable d'en parler mieux que le Maitron, dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et du mouvement social. Aussi, je vous laisse lire la notice qui est consacrée à Michel, qui vient de mourir cette nuit, 13 février 2020, à l'âge de 98 ans :

    LEQUENNE Michel, Fernand, Jules, dit Maurin Michel, dit Géraume Pierre, dit Ramos, dit Delobel Michel, dit Leuwen Michel, dit Hoffmann

    A voir aussi, cette vidéo.

    Pour Ensemble ! le Havre,

    Gilles.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Wilfrid PasquetNotre camarade Wilfrid PASQUET s'est éteint le 2 mars 2018.

    J'ai connu Wilfrid lorsque j'ai commencé à militer aux "comités rouges" (qui regroupaient les sympathisants de la LCR), en 1976. Il était déjà militant depuis plusieurs années, puisqu'il avait adhéré à la Ligue Communiste alors qu'il était étudiant à Rouen et surveillant au CET "Les Vikings", au tout début des années 70. De neuf ans mon aîné, il m'avait alors impressionné, par sa culture politique et son histoire militante. Etre militant trotskyste chez les dockers n'était pas de tout repos ! Même en tant que fils de docker.

    Cette période, avec  tous les combats qu'il a menés au sein du syndicat pour tenter d'en démocratiser le fonctionnement et tous les coups - au physique comme au moral - qu'il avait pris à cette occasion, l'avait beaucoup marqué, au point qu'il en parlait encore souvent.

    Né avec la guerre du Vietnam, il avait l'internationalisme chevillé au corps et dans le cadre de son activité professionnelle, il avait eu des contacts avec des militants de l'IRA.

    En 1973, alors membre de la direction de ville de la LCR, il est présenté comme candidat aux élections législatives de mars, sur la circonscription Harfleur-Havre Est - Caucriauville.

    Il quittera la LCR en 1980, puis y militera à nouveau quelques temps à partir de 1998. A la même époque, il participe à la fondation d'Attac dont il sera l'un des dirigeants nationaux, membre du conseil d'administration.

    Il participe en 2005 à la magnifique campagne unitaire pour le "Non" au traité constitutionnel européen, puis milite au sein des Comités Unitaires Anti-Libéraux (CUAL), directement nés de cette campagne, pour une candidature unique aux présidentielles de 2007.  Avec Attac, il sera l'un des artisans du grand meeting unitaire qui eut lieu au gymnase Navalis lors de la grandWilfrid Pasquete grève contre la réforme des retraites de 2010. Ce meeting, resté dans les mémoires, a regroupé au Havre tout ce que la gauche de combat comptait d'orateurs et d'oratrices, dont notre camarade Clémentine Autain, et a durablement marqué l'image de la ville comme "Le Havre de Grève".

    En 2011, il rejoint la Gauche Anticapitaliste, regroupant les 40% de militants qui venaient de rompre avec le NPA, et c'est tout naturellement qu'il participera dès le début à la construction du "regroupement" (FASE, les Alternatifs, Gauche Anticapitaliste, Gauche Unitaire, Convergences et Alternative) qui deviendra Ensemble ! en novembre 2013. C'est là que nous nous sommes retrouvés, 33 ans plus tard, mais sans jamais nous être perdus de vue car il était toujours présent dans tous les combats, dont celui pour la Palestine car il était également membre de l'AFPS. Encore sa fibre internationaliste. Il s' était d'ailleurs rendu en Palestine il y a deux ans avec trois autres camarades et amis très investis et qu'il connaissait bien : René Lemâtre, Jean-Philippe Ternon et Bernard Pellegrin.

    Le syndicat des Dockers, avec lequel Wilfrid entretenait des rapports plus que tendus, fera un lobbying scandaleux pour qu'il ne puisse pas être sur la liste commune PCF - Parti de Gauche -Ensemble ! aux municipales de 2014. Mais en tant que militant d'Ensemble ! il sera suppléant dans le canton du Havre 5, lors des cantonales de 2015, au titre des candidatures communes PCF, Nouvelle Donne, EELV, Ensemble ! à l'échelle du département.

    Dernièrement, il s'était également investi dans le Groupe d'Appui Université-Danton de France Insoumise. Il était content d'y militer car il y retrouvait "des jeunes" !

    Les blessures de son passé et son caractère entier ne le portaient pas naturellement au compromis. Il était sans compromission avec ses ennemis. Le reniement et la trahison étaient ce qu'il détestait par-dessus tout. Mais sa fidélité à la cause ouvrière et à ses combats, rarement vainqueurs et toujours difficiles, était sans faille.

    Wilfrid, tous tes camarades d'Ensemble ! du Havre, de Rouen et d'ailleurs(1) sont de tout cœur avec Nicole, ta compagne, et tes enfants, dans ce moment difficile où tu vas leur manquer, comme tu nous manques déjà.

    Au nom de tous et toutes,

    Gilles

     

    (1) Ingrid Hayes, dirigeante d'Ensemble ! , nous a adressé un message au nom de son amitié pour Wilfrid.

    Partager via Gmail

    4 commentaires
  • Bernard LelièvreBernard est décédé le 19 février à l'âge de 82 ans. Il n'était pas militant ni adhérent d'Ensemble ! mais il était, depuis très longtemps, un infatigable militant du mouvement ouvrier. En cela, il était des nôtres.

    né en 1935, il fait partie de cette génération pour laquelle la fréquentation de l'école a été sporadique, à cause de la guerre. Il était donc devenu ingénieur thermicien de manière autodidacte.

    Né de mère juive non pratiquante, sa famille frôle de peu la déportation,  car le curé de Fréville, près d'Yvetot, où sa famille avait trouvé refuge après avoir quitté Le Havre, veut les dénoncer : ils ne vont pas à la messe ! C'est le maire de Fréville, aidé par le curé de Blacqueville, village voisin, qui parviennent à stopper la délation.

    Appelé lors de la guerre d'Algérie alors qu'il est déjà membre des Jeunesses Communistes, il ne portera jamais une arme car il est affecté dans l'administration. Il prend langue clandestinement avec le chef Algérien afin d'épargner des combats fratricides, tant aux appelés de son camp, qu'aux combattants indépendantistes algériens. Il retrouvera bien plus tard, sur un chantier de construction du Pays de Caux, le fils de ce chef algérien qui se fera connaitre. Retrouvailles improbables qu'il n'oubliera jamais.

    Bernard a été membre du Parti Communiste, dont il fut l'un des animateurs (secrétaire de section du Havre Nord-Est, puis de Caucriauville, dans les années 70), puis du Parti Socialiste, dont il fut de fait exclu en 2005, pour avoir opté pour le "Non" au Traité Constitutionnel Européen. Nous avons à l'époque collé des affiches et distribué des tracts ensemble. Il me disait s'être retrouvé à la porte du local du PS, les  dirigeants (pro "Oui") en ayant changé les serrures.

    Puis, convaincu par le programme de Mélenchon lors des élections européennes de 2009, il adhère au Parti de Gauche, puis tout naturellement à France Insoumise.

    Militant politique, pacifiste, il fut aussi militant écologiste, s'opposant à toutes les formes d'énergie polluantes en apportant dans le débat ses connaissances d'ingénieur thermicien. Récemment, il fut le fer de lance de l'opposition à la central à bois, forte émettrice de particules fines. Il fut aussi membre de l'UFC "Que Choisir".

    Nous n'avons pas toujours été d'accord sur tout, car, comme beaucoup de militants ayant connu le PCF de l'époque stalinienne, il se méfiait des partis, de la forme même "parti". Nous n'étions donc pas toujours d'accord sur les formes que devait prendre une nécessaire recomposition  du mouvement ouvrier à gauche. Mais les discussions, parfois vives, étaient toujours empreintes de respect mutuel.

    Cet hommage à un militant ouvrier est en grande partie repris des discours émouvants lus par Claudine, qui partagea sa vie pendant 53 ans, et son "grand" frère Jacques lors de la cérémonie d'hier. Elle et il voudront bien me pardonner d'avoir repris des faits que j'aurais été bien en peine de connaître. Ces faits m'ont appris à mieux connaitre Bernard, qui, toujours discret, ne nous parlait pas de son passé.

    pour Ensemble ! le Havre, Gilles

    Partager via Gmail

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique