• 20 novembre : journée internationale des droits de l'enfant...même étranger et isolé

    Le 20 novembre est la journée internationale des droits de l'enfant. Cette journée concerne bien sûr tous les enfants qui, partout dans le monde, sont victimes de maltraitance. Combien sont réduits en esclavage, soit pour le travail, soit pour assouvir la sexualité de leurs maitres ? Combien sont obligés de porter les armes voire se transformer en bombes humaines pour des causes qui ne sont pas les leurs ?

    Parmi ces enfants, les filles ont souvent un sort encore moins enviable. Mais il n'y a pas qu'ailleurs que des enfants sont en difficulté ou à la rue.

    20 novembre : journée internationale des droits de l'enfant...même étranger et isoléDans son article du 12 novembre, notre conseiller régional évoquait les problèmes rencontrés dans notre département, et la nécessité de se mobiliser pour obtenir enfin des conditions d'accueil et d'hébergement dignes pour les mineurs étrangers non accompagnés que la misère ou les persécutions ont conduit chez nous. Il évoquait la mobilisation envisagée par le collectif "justice pour les jeunes isolés étrangers" à l'occasion de cette journée mondiale.

    Nous savons maintenant quelles sont les actions qui auront lieu Lundi 20 novembre, au Havre. Nous relayons ici l'appel de l'AHSETI (Association Havraise de Soutien et d’Échanges avec tous les Immigrés), de RESF (Réseau Éducation Sans Frontières) et Des Lits Solidaires, et nous le relayons avant d'autant plus de force que nous soutenons et participerons à ces actions :

    17h30 - Rassemblement devant le Palais de Justice, puis chaine humaine jusqu'à la sous-préfecture.

    Une telle chaine avait déjà été organisée contre l'expulsion d'une lycéenne et le renvoi à la rue d'un jeune mineur en 2016. Ce qui avait été possible et avait permis d'obtenir gain de cause à l'époque, doit l'être encore aujourd'hui !

    Enfin, les responsables de l'AHSETI nous ont fait parvenir les paroles d'une belle chanson d'Hadadi Kaddour, qu'ils et elles aimeraient voir reprendre lundi soir. Vous pouvez télécharger les paroles ici, et vous avez deux jours pour l'apprendre par cœur !

    Ecoutez là :

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Mel Amar
    Jeudi 1er Mars à 10:53
    CONTRE-REFORME FERROVIAIRE DE MACRON : UN PLAN PAR ETAPES
    (mes réactions au discours d’Edouard Philippe)
    +++ 1ERE ETAPE +++
    - on évite de parler du réaménagement de la DETTE odieuse aux banques, imposée à la SNCF par les gouvernements précédents ;
    - on évite de parler du coût ENVIRONNEMENTAL de la réduction du maillage, de la fréquence et du confort de la desserte ferroviaire en France
    - on DIVISE le personnel entre en poste en 2018 (conservant le statut) et nouveaux embauchés moins protégés ;
    - on passe d’un EPIC (public), aux statuts plus surveillés, à une SA (société anonyme) d’abord à 100% de capitaux d’Etat, mais OUVERTE A L’EROSION de la représentation des salariés dans l’entreprise, de la garantie étatique de la dette, et de la part de l’Etat ;
    - on transfert des lignes, dites « petites », aux REGIONS, qui elles sont libres d’en faire ce qu’elles veulent.
    - on publie des soi-disant sondages selon lesquels l’opinion publique est excédée par la dégradation du service et opposée au statut que les médias appellent « PRIVILEGE » alors que c’est une « compensation de la pénibilité » et « un modèle social à étendre à tous les salariés ».
    +++ 2EME ETAPE (PLUS TARD ? QUAND ?) +++
    - on déclare toute une série de services publics non-rentables, en faillite, car il faut rembourser toute la DETTE aux banques aux échéances prévues ;
    - les régions FERMENT certaines lignes, en remplacent certaines par des autocars ;
    - les Régions invitent les capitaux PRIVES à prendre le contrôle de paquets de lignes dites rentables et moins rentables ;
    - Oui-SNCF, les régions et les opérateurs privés AUGMENTENT LES TARIFS sur certains voyages ;
    - on compare le coût des cheminots encore sous le statut à celui des nouveaux embauchés et on les déclare trop chers, à ELIMINER au plus vite.
    - on abandonne officiellement le critère ENVIRONNEMENTAL parmi les critères de choix du mode de transport à développer.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :