• Un 1er mai pas comme les autres

    Le résultat de Jean Luc Mélenchon au premier tour des présidentielles est un événement considérable, démontrant la vitalité, à gauche, des aspirations au progrès social, à la préservation de l’environnement, au renouveau démocratique. Sa candidature, que notre mouvement a soutenu, a soulevé un énorme espoir et une dynamique de rassemblement qu’il faut amplifier et élargir.

    Un 1er mai pas comme les autresMais il ne sera pas présent au second tour. Emmanuel Macron et Marine Le Pen sont, malheureusement, les seuls candidats restant en lice. 15 ans après 2002, mais dans un contexte bien différent, nous nous retrouvons à devoir choisir entre la peste et le choléra.

    La peste, qu'on disait véhiculée par les rats(1), s'applique donc très bien à Marine Le Pen et au FN. Celui-ci est plus que jamais dangereux, avec son programme aux accents sociaux : défense des services publics, de la sécurité sociale, augmentation des salaires, des retraites, etc..  Heureusement, il y a encore le fond de commerce de ce parti (la préférence nationale, raciste et xénophobe) qui empêche qu'il puisse faire illusion jusqu'au bout. Mais ses appels du pied indécents aux 19,6% d'insoumis qui ont voté Mélenchon brouillent les cartes, d'autant que ce dernier refuse de se prononcer.  

    Il n'empêche que la peste, une fois installée, on a le plus grand mal à l'arrêter et à s'en débarrasser. "Ces gens-là" ne respectent pas les règles démocratiques, et il ne faudrait pas croire qu'une fois élus, ils s'en iraient bien gentiment dans 5 ans. Ce serait une grave illusion.

    Marine Le Pen au pouvoir nous promet une société de divisions, de racisme et de violences, et un repli nationaliste réactionnaire. Nous ne pouvons laisser faire ici ce qui arrive aux USA avec Trump, avec d’autres extrémistes de droite au pouvoir en Europe.

    Il faut empêcher par tous les moyens l’arrivée au pouvoir de l’extrême droite : en faisant de ce 1° mai une grande journée de mobilisation contre l’extrême droite et pour les droits sociaux, en multipliant les initiatives de mobilisation citoyennes, en battant Le Pen le 7 mai.

    Le Choléra quant à lui, provoque une forte déshydratation. C'est tout à fait ce que veut Macron : son programme ultra-libéral qu'il veut appliquer de force en passant au dessus des syndicats, des députés et de la représentation nationale en général, rendra les couches populaires exsangues, avec toujours plus de cadeaux royaux aux patrons et aux banquiers.

    Une fois Le Pen éliminée, avec une confiance retrouvée par le succès de notre gauche avec J.L. Mélen­chon, et avec la force du mouvement social qui s’est levé l’an dernier, nous combattrons résolument Macron. Il n’aura ni mandat ni légitimité pour démanteler l’État social et généraliser la loi Travail comme il l’envisage.

    Aux élections législatives de juin, les forces qui ont soutenu JL. Mélenchon doivent s’entendre pour se présenter ensemble, et s’élargir vers des candidatures de rassemblement de toutes les forces de gauche et écologistes opposées à la politique des gouvernements Hollande, et qui ne veulent pas en reprendre pour cinq ans avec Macron. Son alliance entre une partie de la droite, et la droite du Parti Socialiste, ne peut qu’accentuer les politiques ultra-libérales que nous subissons depuis tant d’années.

    En s’appuyant sur le succès de la candidature de J.L. Mélenchon, il s’agit désormais de reconstruire une nouvelle gauche, « une gauche debout ». Les forces existent. C’est un défi crucial à relever dès mainte­nant.

     

    Tous et toutes à la manifestation du 1er mai : 10h à Franklin, au Havre.

    Vous pouvez télécharger ici le tract que nous y distribuerons

     

    (1) note historico-médicale : en fait la bactérie était développée par les rats et véhiculée par les puces.


  • Commentaires

    1
    Jean Pierre Rioual
    Dimanche 30 Avril à 17:03

    Bravo, juste une précision récente : Jean Luc Mélenchon vient d'indiquer que personnellement il voterait avec le seul moyen de s'opposer au FN , qu'on ne pouvait douter qu'il prendrait personnellement cette décision. Il souhaitait que les militants de France insoumise ne reçoivent pas un ordre d'en haut, qu'ils en discutent. Comme cela a été le cas depuis le début, les façons de faire de Jean luc Mélenchon  ne correspondent pas à la tradition suivie dans les partis. Notons qu'en fait dans Ensemble aussi s'expriment des points de vue différents concernant le 2ème tour. Je pense personnellement que le risque est trop grave:  il faut voter Macron pour mieux le combattre. Jean Pierre Rioual

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :