• Soutien aux migrant-e-s, au Havre et dans la région

    Soutien aux migrant-e-s, au Havre et dans la régionSuite au démantèlement de la "Jungle" de Calais, et à la dispersion des migrant-e-s qui y vivaient dans l'attente de passer en Angleterre, comme l'article 13 de la convention des droits de l'homme de 1948 les y autorise(1), un collectif de soutien aux migrant-e-s de la région havraise s'est constitué.

    Le but n'est pas de se substituer aux organismes de l'état ni aux associations pour faire de l'humanitaire ou des dossiers de demande d'asile, mais simplement dans un premier temps d'informer la population, en combattant les idées reçues, fausses, ou celles, haineuses, distillées par l'extrême droite et la droite décomplexée. Ce collectif va mener une campagne d'explication sur les réalités de la migration (1,3 millions de migrant-e-s en Europe pour 510 millions d'habitants, c'est à dire une goutte d'eau), et les bienfaits économiques, culturels et sociaux que nous pourrions en attendre, si la question était traitée avec toute l'humanité qu'elle mérite.

    Contrairement à certaines idées simples qui circulent un peu trop, ce n'est pas 0,25% de population en plus qui mettrait notre économie en péril, ce ne sont pas ces quelques milliers de migrant-e-s qui demandent l'asile en France (à peine 80000 en 2015, soit 0,13% de notre population) qui vont nous "manger notre pain" ou nous "tondre la laine sur le dos" . Ce ne sont pas eux non plus qui viendront jusque dans nos bras égorger nos fils et nos compagnes, et violer nos filles. Les vrais prédateurs, ceux qui nous ruinent en fraude fiscale, qui nous maltraitent en cassant le code du travail, ce sont les gouvernements ultra-libéraux et le patronat. Ce sont eux qu'il faut mettre dehors, pas les migrant-e-s.

    Pour commencer cette campagne de pédagogie, destinée également à empêcher une frange de la population de tomber, par désinformation, dans les bras du FN, le collectif va distribuer le tract ci-joint sur les marchés :

    - Samedi 5/11, 10h : marchés Saint-Cécile, Demidoff, Caucriauville

    - Dimanche 6/11, 10h : Harfleur et et les Halles.

    Vous pouvez nous rejoindre à cette occasion et distribuer avec nous, rencontrer et discuter avec la population.

    Le collectif restera vigilant également à ce que le FN, ou pire, les identitaires, ne viennent pas agresser les migrant-e-s, faire pression afin qu'ils partent, voire bruler ou détruire un CAO (centre d'accueil ou d'orientation) ou un CADA (centre d'accueil des demandeurs d'asile), comme cela est déjà arrivé ces derniers jours. A Perriers-la-Campagne (dans l'Eure, près de Bernay) par exemple, sous la pression de fachos, de certains élus, et avec la bénédiction d'un préfet peu favorable à l'accueil des migrants, le CAO a dû être évacué et les migrant-e-s qui y logeaient envoyés vers Amiens, Rouen ou Le Havre.

    Toujours dans l'Eure, à l'initiative de Ras l'front, la mobilisation s'organise à Serquigny, après que les fachos aient annoncé une manifestation anti-migrants :

    Le 5 novembre 2016 à Serquigny (Eure), le Front national appelle à une manifestation haineuse et xénophobe à 11h devant la mairie à l’encontre des réfugiés qui fuient les guerres et les massacres.

    Ras l'front appelle l'ensemble des forces démocratiques, partis, syndicats, associations, citoyens et citoyennes à se mobiliser, à 10h30, devant la mairie de Serquigny.

    Respect du droit d'asile

    Respect de la libre circulation pour tous-tes

    Aide et protection aux mineurs isolés

    Lutte contre le racisme

    Arrêt d'une logique économique fondée sur la prédation des richesse et qui génère

    des guerres amenant des populations à fuir leur pays

    ils ne sont pas dangereux, ils sont en danger

     

     

    Ensemble !, Le Havre participe au collectif de soutien au migrant-e-s, et prendra toute sa place dans le combat pour la liberté de circulation et d'installation.

     

    (1) « Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l'intérieur d'un État» et «Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays. » avec toutes les conséquences pratiques que ces droits universels impliquent, dont les conditions humaines d’un premier hébergement.

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :