• Idlib : l'agonie du peuple SyrienDans la province d'Idlib, vivent 3 millions de personnes, en immense majorité des civils. Beaucoup sont arrivés dans la province après avoir fui les bombardements russes ou les assauts de l'armée de Bachar Al-Assad, à Alep, à Deraa, ou dans la Ghouta. La sécurité de la province était censée être garantie par la Russie.

    Promesse d'ivrogne ! La Russie a bien sûr renié ses engagements, laissant libre le champ à Bachar Al-Assad pour terminer le massacre de sa population. Idlib serait, d'après lui, le repère de "terroristes" et de "rebelles". Sur 3 millions de personnes, la province ne compte que moins de 12 000 islamistes. Quant aux autres "rebelles", il s'agit de groupes de l'Armée Syrienne Libre (réunis depuis le mois de mai dans le Front National de Libération) qui depuis le début de la guerre tente de défendre l'idéal de la révolution syrienne de 2011 : liberté et démocratie.

    A une époque pas si lointaine, en France, nous n'appelions pas cela des "rebelles" mais des résistants.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Marche pour le climat - 8 septembreSuite à la démission de Nicolas Hulot, un événement Facebook a été créé qui appelle à des "marches pour le climat" dans toutes les villes de France, et qui rentre en résonance avec une initiative mondiale appelée par le collectif "Rise for Climate" ("Levez-vous pour le climat", pour celles et ceux qui sont réfractaires à l'anglais).

    Dans la dénomination de notre mouvement, il y a le mot "Ecologiste" : Ensemble ! Mouvement pour une alternative de Gauche, Écologiste et Solidaires.

    Nous sommes de ceux et celles qui pensent que l'écologie ne peut-être que politique. Le capitalisme vert, le libéralisme écologique, cela n'existe pas, c'est antinomique.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Non à la piraterie israélienne ! Liberté pour les militant-e-s de la flottille !Parties de Suède le 15 mai dernier, les trois embarcations, chargées de matériel médical à destination du territoire occupé, ont été arraisonnées hier en début d’après-midi par la marine israélienne au large des côtes de ce pays.

    Les militant-e-s de la flottille sont actuellement enfermé-e-s dans un camp de rétention à Givon. Parmi elles, Sarah Katz, petite fille de résistants juifs et Française. Malgré de nombreux appels à l’ambassade de France à Israël et nos alertes à L’Elysée, personne ne bouge ! Allons-nous également punir la solidarité par notre silence ?

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Elections municipales de 2020 : déclaration d'Ensemble ! Le HavreEn 2020, auront lieu les élections municipales. Ces élections seront importantes car elles doivent être l'occasion, au Havre, de changer enfin de majorité municipale, après 25 ans de gestion de droite. Malgré le fait que l’État rogne sur les dotations aux collectivités territoriales, quelles soient municipales, départementales ou régionales, malgré le fait que certaines compétences soient maintenant de la responsabilité de la CODAH, la majorité municipale a encore du pouvoir, dans les choix qu'elle peut faire, qu'elle devrait faire. Augmenter le nombre d'anneaux pour les bateaux de plaisance ou ouvrir une école, ce n'est pas le même programme politique. S'appuyer sur les associations, les groupes de musique havrais ou les compagnies de théâtre locales pour bâtir une politique culturelle, ou tout miser sur les "pointures" nationales ou les bateaux de croisière, ce n'est pas non plus la même chose.

    Après la lutte des Janet, qui s'est terminée par la victoire que l'on sait, l'actualité sociale marque une pause dans notre ville. C'est pourquoi nous en profitons pour publier cette déclaration, qui explique notre vision de ce que devra être une campagne électorale municipale si nous voulons avoir une chance d'amener les exigences populaires au pouvoir au Havre.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    3 commentaires
  • Pierre Janet : la direction refuse les négociationsAlors que l'on pouvait penser que la situation de Pierre Janet, en grève depuis mi-juin, pouvait se débloquer cette semaine, la direction  de l'hôpital a soudain refuser d'ouvrir des négociations, et ce bien que la sous-préfète se soit proposée comme médiatrice. Motif : ce qui a été évoqué comme avancée en terme de personnels supplémentaires n'est pas négociable (voir le blog de notre élu régional, article du 6 juillet). C'est ça ou rien !

    A t-on jamais vu pareille arrogance de la part d'une direction ? La sous-préfète a dû en rester baba (à moins, ce qui est toujours possible, qu'il y ait une sorte de "partage des rôles", entre direction et sous-préfecture, comme dans les mauvais polars : le bon flic versus le méchant flic).

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires