• Maltraitance institutionnelle des personnes âgées dans les EHPAD, suite...

    Nous publions ici la deuxième partie de l'article de Jacques sur la lutte dans les EHPAD. Pour lire ou relire la première partie, c'est ici. Photo : manifestation à Rouen le 30 janvier.

    Maltraitance institutionnelle des personnes âgées dans les EHPAD, suite...PARTOUT LA QUESTION DES EFFECTIFS EST CENTRALE :

    Apres les EHPAD de Noyons dans l’Oise, de Sevret dans les deux Sèvres, de Robert-Barguisseau dans le Gers, les salariées de l’EHPAD de la Chênaie, Toulouse (10 aides-soignantes pour 60 résidents + 2 infirmiers et l’équipe hôtelière.), se mettaient en grève en octobre:

    Après réorganisation des plannings, déclarant la grève illégale au motif d’un préavis de grève non déposé cinq jours à l’avance (règle du public, mais cet EHPAD est privé à but lucratif…) la direction de choc recrute des salariées d’autres établissements pour casser la grève. Radio Mon Païs est priée de ne plus donner la parole aux salariées !

    Soutenues par les familles des patients, ces salariées ont arraché 150 euros de prime de Noël et 30 euros mensuels de prime de pénibilité. Deux jours de grève sur dix ont été payés.

    Les EHPAD ont la fièvre, en décembre 2017 les fédérations syndicales organisent les luttes de ce secteur malade.

    UN MAL ANCIEN :

    La civilisation se mesure aussi à la manière dont elle traite ses vieux: Avec l’allongement de l’espérance de vie, la pauvreté des personnes très âgées s’est étendue: Aujourd’hui, plus de 10 % des plus de 75 ans sont pauvres. La société qui n’a pas su organiser un vrai système de solidarité leur réserve un traitement d’autant plus inhumain qu’elles sont dépendantes.

    En 2002, sans reforme radicale du financement, les EHPAD publiques et privés (panacées de l’investissement privé!) prennent la suite des maisons de retraite médicalisés et hospices en même temps que se développe le soin à domicile.

    La canicule de 2003 qui fit 15 000 décès prématurés, oblige les pouvoirs publics à se justifier et à faire des annonces : Le fameux « lundi de la pentecôte » en 2004 était sensé financer un plan ambitieux, au niveau de l’Europe du nord: Le plan Solidarité Grand âge de 2006 prévoyait d'atteindre le ratio d'un agent par résident.

    Vœu pieux, actuellement ce ratio n'est en moyenne que de 0,6 (voire 0,4 dans certains départements).

    La réforme de la tarification des EHPAD ( loi du 28 déc 2015) qui concerne le forfait soins et le forfait dépendance a pour objectif de réguler et limiter les dépenses des établissements médicaux sociaux.

    1er janvier 2017, la convergence tarifaire des dotations est imposées aux EHPAD, réforme contestée par la Fédération hospitalière de France selon laquelle les « conséquences (sont ) néfastes et inéquitables pour les EHPAD publics ».

    En 2008, l’amputation de 200 millions d’euros incitera les directions à réduire le recrutement ( On promet une compensation de 140 millions d'euros sous forme d'augmentation de l'enveloppe accordée par l'Assurance-maladie). Quant à l’APA (Allocation personnalisée d’autonomie), son financement par les Conseils départementaux est lui-même affecté par les contraintes budgétaires.

    Fin 2017, plusieurs grèves ont mis en lumière une tension croissante dans ces établissements, la mobilisation s'est amplifiée.

    LE 30 JANVIER, 35 000 MANIFESTANTS DANS TOUTE LA FRANCE !

    Extrait du communiqué de l’intersyndicale CGT, CFDT, FO, CFTC, UFAS, CFE-CGC, UNSA, SUD Soutenue par l’AD-PA "EHPAD et services à domicile pour personnes âgées :

     «Partout en France, des dizaines de milliers de salariés des maisons de retraite, d’EHPAD, de long séjour et de services à domicile (équipes de SSIAD, etc.),ont répondu à l’appel à la grève nationale de l’intersyndicale et de l’AD-PA, soutenues par de nombreuses associations des familles, et de retraités.

    Un consensus aussi large ne s’était jamais vu !

    Les salariés n’en peuvent plus : 31,8 % de personnels grévistes et assignés, selon la DGCS.

    Ils n’acceptent plus les conditions de prise en charge et d’accompagnement des résidents et de nos aînés à domicile, qu’ils qualifient d’indigne.

    LES REVENDICATIONS SONT CLAIRES :

    •          Application d’un agent ou un salarié par résident, tel que prévu par le Plan Solidarité Grand Age de 2006 ;
    •        Abrogation des dispositions législatives relatives à la réforme de la tarification des EHPAD de la loi du 28 décembre 2015 et retrait des décrets d’application ;
    •        Arrêt des baisses de dotations induites par la convergence tarifaire, maintien de tous les effectifs des EHPAD y compris les contrats aidés qui doivent être intégrés et sécurisés ;
    •        Amélioration des rémunérations des personnels, des perspectives professionnelles et des carrières dans le cadre du statut et Conventions Collectives Nationales.

     

    Dans la semaine qui suit, la ministre des Solidarités et de la santé tente de désamorcer les tensions en annonçant à la radio, une rallonge de 50 millions d'euros pour 2018, à la disposition des ARS « pour aider les EHPAD sur des actions ciblées ». Madame Buzyn veut individualiser et à renvoyer chaque établissement ou service à domicile à une évaluation.

    Celle-ci existe déjà !

    Elle indique :"L’objectif est l’augmentation des postes pour tendre progressivement vers ce fameux ratio de un pour un, … que nous ne pouvons atteindre aujourd’hui pour des raisons structurelles et budgétaires".

    C’est pourtant la revendication prioritaire de tous les agents des EHPAD et des services à domicile !

    La délégation intersyndicale reçue à son cabinet dès le 30 janvier s'était déclarée  « déçue ». Pas de raison que ça change, l'ultimatum pour de meilleurs disposition est fixée le 15 Février. C'est aujourd'hui...

    Jacques, février 2018.

     

    Note d'Ensemble ! Le Havre  : nous aurons l'occasion de revenir sur ce sujet car nous envisageons des actions sur ce thème dans un avenir proche. Nous vous tiendrons au courant, bien sûr !

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :