• Le 7 mai, et après ?

    Les résultats du premier tour des élections présidentielles ont clairement montré la volonté d’un changement radical à gauche. Le deuxième tour des présidentielles n’en sera absolument pas le reflet. 

    Le 7 mai, et après ?Dimanche soir, quels que soient les résultats de ce second tour, nous savons qu’il faudra lutter.

    Si le pire arrive, nous devons montrer que nous sommes prêts à combattre un gouverne­ment d’extrême-droite et à défendre la démocratie.

    Si Macron est élu, il doit savoir que loin d’adhérer à son projet nous nous opposerons aux nouvelles attaques contre le monde du travail qu’il veut imposer par ordonnances. Il doit savoir que si certain-e-s d'entre nous mettrons dans l'urne un bulletin à son nom, c'est uniquement pour barrer la route à Le Pen, et que nous nous souvenons que c'est lui qui a fait voter les lois d'Uberisation de la société et qui a inspiré la "loi travail".

    Rassembler une « gauche debout ! »

    En juin, il faudra empêcher Macron de constituer une majorité à l’Assemblée nationale avec une partie de la droite et la droite du Parti Socialiste, sur son orientation ultra libérale, aggravant les politiques du quinquennat de Hollande.

    La dynamique de la campagne autour du candidat Jean Luc Mélenchon doit s’amplifier mais aussi s’élargir. Rassembler une nouvelle gauche, « une gauche debout », c’est la seule manière de battre immédiatement et durablement le FN et les politiques réactionnaires, qui ont été alimentées par les renoncements de la gauche gouvernementale.
    Aux élections législatives de juin, nous appelons à des candidatures de rassemblement de toutes les forces de gauche et écologistes qui se sont opposées à la politique des gouvernements Hollande, pour une nouvelle majorité autour d’une alternative politique au social-libéralisme, pour faire front contre l’extrême droite et contre les droites.

    La question de la reconstruction d’une gauche digne de ce nom est aujourd’hui posée. Les forces existent. C’est un défi crucial à relever dès maintenant.

    Il n'y aura pas " d'état de grâce " !

    Nous savons que, dès le 7 mai au soir, il faudra affirmer, dans les mobilisations, notre détermination à de nouveaux droits et à la construction d’une alternative politique. 

    L'intersyndicale du Havre (CGT, Solidaires, FSU, UNEF) appelle à un rassemblement le 8 mai à 17h30 devant Franklin.

    Ensemble ! estime, avec le NPA, qu' un premier rassemblement dès le 7 mai au soir, à 20h, devant l'hôtel de ville est nécessaire. Nous montrerons ainsi au nouveau pouvoir exécutif, quel qu'il soit, qu'il devra compter avec nous et que nous défendrons, comme à notre habitude, pied à pied, les intérêts des classes laborieuses.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :