• Pour un rassemblement aux législativesEnsemble ! , après avoir pris la décision de soutenir la candidature de Jean-Luc Mélenchon aux élections présidentielles, œuvre déjà conformément à ce que nous avons toujours défendu, pour qu'aux législatives qui suivront, dans chaque cirsconscription, un-e seul-e candidat-e porte les couleurs de la gauche radicale, alternative et combative : de France Insoumise au NPA, en passant par le PCF, EELV, Nouvelle Gauche Socialiste ou Nouvelle Donne,  nous devons tous faire front commun et mettre un seul bulletin de vote dans l'urne.

    Concernant le PCF, Nouvelle Gauche Socialiste et nous, qui appelons tous à soutenir Mélenchon, sans pour autant nous fondre dans France Insoumise dont nous n'approuvons pas les méthodes de fonctionnement, il serait incompréhensible pour tout le monde qu'aux législatives, nous nous déchirions entre plusieurs candidatures.

    Concernant le NPA et EELV : même si leurs choix aux présidentielles sont différents du nôtre, nous les appelons également à renoncer à un éparpillement mortifère au moment des législatives.

    une circonscription = un seul candidat, une seule candidate pour tous et toutes nous représenter !

    Bien entendu, le panel des candidatures devra être représentatif de toutes les forces qui auront participé à ce rassemblement. C'est à cette condition que, quel que soit le résultat des présidentielles, la dynamique de la candidature Mélenchon, déjà bien installée dans le paysage à 4 mois des élections, pourra être amplifiée par la présence de nombreux-euses élu-e-s de la gauche anti-libérale et anti-capitaliste au parlement.

    Nous appelons donc de nos vœux des discussions entre tous les partis et mouvements cités plus haut pour aboutir à un tel rassemblement.

    Néanmoins, parmi les candidatures qui ont déjà pu circuler un peu partout dans la presse, il en est une qui nous semble légitime et que nous appelons à soutenir d'ores et déjà : il s'agit de celle de Jean-Paul LECOQ dans la 8ème circonscription. Eu égard à ses engagements, à sa présence sur tous les fronts, qu'il s'agisse de lutter contre la fermeture de Lafarge, de s'embarquer sur un bateau de la flottille pour Gaza, dans un avion pour soutenir le combat des sahraouis, ou encore de faire parrainer des familles menacées d'expulsion, il sera notre candidat. Seul un rassemblement large derrière sa candidature permettra de reprendre la circonscription au PS, et surtout d'éviter l'élection d'un député FN.

    Pour finir, et parce qu'il est rassurant de voir que nous ne sommes pas les seuls à nous battre pour un cadre large et unitaire de discussion et d'action, tant pour les présidentielles que pour les législatives, voici deux appels parus avant-hier et la semaine passée dans l'Humanité qui vont dans le même sens. Puissent-ils être entendus :

    Où allons nous ?

    Par Francine Bavay (Conseillère fédérale EELV), Patrice Cohen-Séat (PCF), François Longérinas (PG), Myriam Martin (Ensemble !), signataires de l’appel « En 2017, Faisons Front commun »

    Après 5 ans d’un gouvernement qui, à l’exception du mariage pour tous, a mené une politique similaire à celle de la droite, celle-ci s’apprête à revenir au pouvoir, radicalisée par sa concurrence avec une extrême droite dopée à la haine et au racisme.

    Il n’y a qu’une réponse possible à cette situation catastrophique : ouvrir à gauche et dans l’écologie la perspective d’une véritable alternative d’émancipation qui donne espoir et remobilise les classes populaires aujourd’hui désorientées et en colère. Il faut pour cela un projet novateur qui réponde aux besoins d’égalité, de solidarité et de fraternité. Qui affronte les défis d’une mondialisation dominée par la finance internationale et propose un nouveau mode de développement anti-productiviste et une refondation de l’Europe. Qui tourne le dos au démantèlement des droits du travail et donne de nouveaux pouvoirs aux salariés. Qui s’engage résolument dans la vitale transition écologique. Qui aille vers une 6ème République sociale et citoyenne.

     Mais pour que cette perspective puisse être porteuse d’une dynamique politique victorieuse, encore faut-il en créer les conditions avec un candidat qui l’incarne et puisse battre à la fois les sociaux libéraux, la droite et l’extrême droite. C’est pourquoi nous avons choisi de soutenir Jean-Luc Mélenchon. Cette candidature a rencontré indéniablement un écho dans l’opinion. Il faut maintenant qu’elle puisse rassembler largement. Malgré la très belle campagne qu’il avait faite en 2012, il s’en est fallu d’un cheveu que les forces du Front de gauche ne se mettent pas d’accord pour reconduire Jean-Luc Mélenchon comme candidat à la Présidentielle. C’est chose faite, heureusement, grâce notamment aux dix mille militant-e-s communistes, d’Ensemble!, du Parti de gauche, écologistes et bien d’autres  qui se sont mobilisés dans l’appel à faire Front commun que nous avions lancé en septembre. Mais c’est chose faite du bout des doigts, sans accord politique, chacun avec sa bannière et son propre programme, et sans campagne ni cadre politique commun. Comment alors agréger toutes les forces disponibles et surtout répondre aux exigences d’un fonctionnement plus horizontal et citoyen portées notamment par la mobilisation contre la loi travail et Nuit debout ? C’est pourquoi nous proposons la mise en place d’un cadre commun de campagne ouvert et pluraliste susceptible de créer une dynamique de rassemblement.

     De plus, la division évitée à la présidentielle rentre par la fenêtre aux législatives et on s’apprête à assister à des affrontements fratricides dans les 577 circonscriptions. Cela aboutirait à éliminer purement et simplement de l’Assemblée nationale la gauche et l’écologie politique dignes de ce nom. C’est de la folie !

     Une fois de plus, nous en appelons à la raison. Toutes les énergies doivent être mobilisées pour que Jean-Luc Mélenchon fasse le meilleur score possible à la présidentielle et – qui sait – crée la surprise et bouscule la donne ; et pour que les électeurs puissent voter dans toutes les circonscriptions pour des candidatures communes rassemblant les forces du Front de gauche, d’EELV et au-delà, dans la dynamique ouverte par la candidature de Jean-Luc Méelenchon. Partout dans le pays nous devons concrétiser un Front commun qui réunisse toutes celles et tous ceux qui veulent ouvrir un nouvel espoir à gauche et dans l’écologie, et battre ainsi la droite et l’extrême droite.

    Pour des candidatures communes aux législatives

    Par Frank Mouly, membre du Conseil national du PCF et initiateur de l'appel à faire Front commun

    La gauche de transformation la plus bête du monde a-t-elle élu résidence en France ? Il semble bien que ce soit le cas.

    Absence de dialogue au cœur du Front de gauche, démarches et stratégies concurrentes, maladresses et querelles personnelles, logiques partisanes reprenant le dessus sur le besoin de rassemblement, incapacité à intégrer significativement les forces citoyennes que nous voulions agréger…, l’année écoulée à bien failli enterrer définitivement l’unité que nous construisions patiemment et parfois difficilement depuis 2005 pour créer un rassemblement à vocation majoritaire : le Front de gauche.

    Bien sûr, le Front de gauche que nous avons connu a vécu. Parce que nous n’avons pas su le faire évoluer vers une véritable force politique et citoyenne. Parce que la création de la France Insoumise a été une façon de l’enterrer, et tout autant la tentation permanente du PCF d’une recomposition avec un Parti socialiste supposé capable d’un retour à gauche miraculeux.

    Notre gauche qui avait su se rassembler, est divisée comme jamais depuis 10 ans. Pourtant, devant l’imminence de la catastrophe, les militantes et militants d’Ensemble ! de la France Insoumise et du PCF ont finalement réussi à faire l’unité sur une candidature commune à la présidentielle, structurante dans le paysage politique. Cela a été une très bonne nouvelle.

    Mais alors que nous commençons, nombreux, à entrer dans cette campagne, autour d’un candidat, d’un programme, l'Avenir en commun et avec des apports importants comme le pacte d’engagement commun proposé par le PCF, la division resurgit par la fenêtre.

    Dans de nombreuses circonscriptions, les déclarations de candidatures concurrentes se multiplient. Des hommes et de femmes qui ont en commun tant de propositions et qui vont tout faire pour que Jean-Luc Mélenchon fasse le meilleur score à la présidentielle, pourraient s’affronter aux législatives. Qui peut comprendre cela ? Qui peut comprendre que l’idée d’un campagne autonome tourne à un affrontement absurde ? Qui peut exiger qu’on se soumette à une Charte qui n’aurait pas été discutée en commun ? Il y a derrière tout cela beaucoup plus de cuisine que de politique et le résultat sera désastreux si nous voulons des élus, des voix et des points d’appuis pour résister et construire.

    L’appel à "Faire Front Commun" lancé en septembre a contribué pour une part significative à parvenir à un choix raisonnable et porteur d’une candidature commune à la présidentielle. Face à la droite et à l’extrême droite, nous ne pouvons pas nous permettre le luxe de la division aux législatives. Les électeurs ne pourraient en aucun cas l’admettre. Dans les 577 circonscriptions, les 10.000 signataires de notre appel œuvreront inlassablement dans les prochains jours et les prochaines semaines pour que les campagnes présidentielles et législatives soient menées ensemble, dans un même mouvement, et aboutissent à des candidatures uniques aux législatives, discutées et assumées ensemble.

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • Le projet de loi visant à réformer le Code du Travail que Myriam El Khomri doit présenter le 9 mars au Conseil des ministres, suscite une levée de boucliers sans précédent parmi les organisations politiques à la gauche du PS mais aussi de tous les syndicats.

    L'opposition à ce texte s'organise. Un site citoyen d'informations propose un décryptage "pour comprendre et agir contre ce projet de loi." On peut notamment y signer la pétition "Loi Travail : non merci !" lancée par des militants syndicalistes et associatifs.

    Dénonçant un texte dangereux, C. Autain, O. Besancenot, E. Coquerel, G. Filoche, W. Pelletier, P. Laurent, E. Beynel, F. Angei et N. Daucé ont publié cette tribune dans le journal Libération du 20 février 2016 :

     FORTIFIONS LE CODE DU TRAVAIL

    Sous ce quinquennat, les salariés ont perdu des droits. Nous n’accepterons pas que la loi El Khomri les réduise davantage.

    Le projet El Khomri veut simplifier les licenciements pour favoriser les embauches ? Mais d’expérience on le sait, simplifier les licenciements simplifie juste les licenciements. Et gonfle les dividendes.

    Depuis un siècle, le patronat dénonce ce «carcan» que serait le Code du Travail. «Vos lois sociales coulent une industrie déjà fragile», lançait en 1909 le sénateur Touron, président de l’Association de l’industrie et de l’agriculture françaises, à René Viviani, ministre socialiste du Travail, sous l’impulsion duquel fut écrit le premier Code. En 2006, Laurence Parisot eut ce cri du cœur : «La liberté de penser s’arrête là où commence le Code du travail.»

    Manuel Valls et François Hollande veulent alléger le Code du Travail. Pour quel profit ?

    Contre le chômage ? Sous Nicolas Sarkozy, la mission Combrexelle a passé ce Code à l’acide, supprimant 1,5 million de signes, 500 lois. Un Code light va booster l’embauche, disait la droite. Il n’a créé aucun emploi. Car même l’OCDE le reconnaît : une législation protectrice des salariés n’influe pas sur la destruction ou la création de postes.

    Dans ce pays, on ne parle jamais des salariés carbonisés au travail. Victimes innommables d’une guerre économique innommée. Mais chaque année, ce sont 500 accidents mortels au travail, 700 suicides, 650 000 accidents avec arrêts, 4500 handicapés directement liés au travail. Des chiffres ? Non, des vies. Renvoyées au chômage, à la précarité, à la misère. Ruinées. Invisibles. Méprisées.

    Le code du travail n’est ni obèse ni illisible. Il permet déjà aux employeurs trop de dérogations défavorables aux salariés. Il n’est pas assez directif, pas assez contrôlé, assez appliqué : les agressions envers des agents de l’inspection du travail ont été multipliées par quatre en dix ans, les suites judiciaires données à leurs procès-verbaux sont en chute libre, les moyens alloués à l’inspection du travail sont continuellement restreints.

    Les pistes de réforme du Code du travail, énoncées à ce jour, sont inacceptables.

    Le référendum d’entreprise ? Il délégitime l’intervention syndicale. Il permet plus de pressions patronales, plus de chantages aux licenciements. Chez Smart, il aurait permis à la direction d’appliquer directement son projet de 39 heures payées 37. A la Fnac, il risque d’obliger au travail le dimanche.

    Au-delà de 35 heures, les heures sup devront être «compensées» et non plus majorées de 25% comme aujourd’hui ? Emmanuel Macron dit la vérité: c’est la fin des 35 heures. A présent les syndicalistes partent sur la base de 25 % à 50 % de majoration des heures supplémentaires pour négocier. Quelle sera la «compensation» ? Nettement moins, à coup sûr.

    Photo published for Loi Travail : non, merci !

    Mme El Khomri projette d’augmenter par accord d’entreprise la durée du travail ? Ce sera donc travailler plus pour gagner moins. Son texte empile d’ailleurs les dispositions contre les salariés. Pour abaisser les indemnités de licenciement en cas de licenciement abusif, pour dissuader les salariés d’attaquer l’employeur aux Prud’hommes, pour l’obliger à revoir à la baisse ses conditions de travail, etc. Le projet El Khomri, c’est l’employeur-roi !

    Mais ce que l’on sait du projet El Khomri n’est qu’un début. Tant d’autres pistes inquiètent. Car les rapports Combrexelle et Badinter sapent certains soubassements du droit du travail en réduisant leur champ d’application.

    Le principe de faveur, par exemple. Il fixe qu’en cas de contradiction entre la loi, le contrat de travail ou une convention collective, la règle la plus favorable s’applique au salarié. M Combrexelle ne l’accepte que si «la loi n’en dispose pas autrement».

    L’obligation de reclassement, qui pose qu’un employeur doit tout mettre en œuvre pour reclasser son salarié avant un licenciement économique. «Sauf dérogation prévue par la loi» rétorque le rapport Badinter. Ce qui crée pas mal de brèches : supprimer l’obligation de reclassement des licenciés pour motif économique et pour ceux rendus invalides, notamment.

    Lisons l’article 13 de ce rapport : «Le contrat de travail est à durée indéterminée. Il ne peut être conclu pour une durée déterminée que dans les cas prévus par la loi.» N’est pas reprise la formulation en vigueur : le CDI est «la forme normale et générale de la relation de travail». Est-ce simple hasard ? N’est pas réaffirmé le garde-fou actuel aux dérogations : le CDD ne doit répondre qu’aux besoins temporaires de l’entreprise. Pourquoi cet oubli ? Quand le Medef rêve d’un recours sans frein aux CDD.

    L’article 1 proclame : «les libertés et droits fondamentaux de la personne sont garantis dans toute relation de travail. Des limitations ne peuvent leur être apportées que si elles sont justifiées par l’exercice d’autres libertés et droits fondamentaux ou par les nécessités du bon fonctionnement de l’entreprise…» Mais il s’agit du Code du travail, non ? Alors pourquoi évoquer la «personne» et pas des salariés ? En droit, les mots comptent. Effacer les salariés, c’est ne parler ni des employeurs, ni des pouvoirs patronaux. C’est reproduire la philosophie libérale contractualiste, où le contrat de travail est accord pur des volontés pures entre personnes égales.

    Cet article, d’ailleurs, place le bon fonctionnement de l’entreprise sur le même plan que les libertés fondamentales. Comme dans le traité de Lisbonne qui met au même rang la dignité des personnes, le droit de propriété et la liberté d’entreprise.

    Dans la lettre installant la Commission Badinter, Manuel Valls déclare : «la double fonction assignée au droit du travail est de plus en plus mal remplie. Alors qu’il doit à la fois protéger les travailleurs et sécuriser les entreprises pour leur permettre de se développer…».Mais ce n’est pas là, et ce ne doit pas être, la mission du Code du travail.

    Comme le stipule l’article L. 120-3, ce Code vise à borner le «lien de subordination juridique permanent à l’égard de l’employeur». Depuis 1910, et à chaque avancée sociale, il eut cette fonction. Le premier Code provient des résistances ouvrières. Aujourd’hui, les luttes des salariés visent souvent à renforcer cette barricade juridique qu’est le Code. Le rendre protecteur des entreprises, c’est écrire l’histoire à l’envers.

    Ensemble, dans les mois qui viennent, nous allons défendre les droits des salariés et jeter les bases d’un Code du travail qui les protège.

      Clémentine Autain (Ensemble) , Olivier Besancenot (NPA) , Eric COQUEREL (Parti de gauche) , Gérard Filoche (PS) , Willy Pelletier (Fondation Copernic) , Pierre Laurent (PCF) , Eric Beynel (Solidaires) , Fabrice Angei (CGT) , Noël Daucé (FSU)

     

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • Le projet de loi de Myriam El Khomri explose les droits du travail.Retour vers le XIXe siècle !

    La réforme du code du travail va entrer, à partir de mars, dans sa phase législative.
    Pierre Gattaz, président du Medef, se frotte les mains. Une fois de plus le gouvernement cède aux exigences patronales.

    L'avant-projet de loi de Myriam El Khomri, ministre du travail, passe à la moulinette la protection des salarié(e)s.

    Si ce projet va à son terme, ce sera un code du travail en charpie et une régression sociale sans précédent, que même la droite au pouvoir n'avait pu obtenir, qui en résultera.

    En inversant les normes la primauté sera donné à l'accord d'entreprise. Même sans accord, l'autorité administrative validera les décisions patronales. C'est ouvertement le choix de la clause la moins favorable aux salarié(e)s.

    Le temps de travail fera un bond en arrière conséquent. Si la durée légale du travail reste à 35 heures, un accord d'entreprise pourra la porter à 44 heures ou même 46 heures sur 16 semaines. Le seuil de 60 heures hebdo sera même possible.

    Le salaire versé au titre des heures supplémentaires sera révisé à la baisse : une majoration de 10% à partir de la 36e heure, au lieu de 25% avec un calcul qui pourra être effectué sur une période pouvant aller jusqu'à trois ans !

    Le patronat aura tout pouvoir de licencier, sans que ce soit considéré comme un licenciement économique, un ou une salarié(e) qui n'accepterait pas les modifications apportées à son contrat de travail en raison de la conjoncture économique. C'est une institutionnalisation inacceptable du chantage à l'emploi.

    Sur la refonte des indemnités prud'hommales les organisations patronales obtiennent le plafonnement qu'elles réclament.

    C'est un nouveau coup de poignard donné au mouvement syndical qui est déjà en butte à la répression dans les entreprises.

    Cette réforme valide des gestions de conflit du type Air France ou Goodyear.

    Contre ce funeste projet ramenant les droits des salarié(e)s loin en arrière et la menace de l'utilisation du 49-3, le monde du travail, la gauche sociale et politique, dans l'unité la plus large, doit se soulever en masse.

    Le 19 février 2016.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Elections régionales : après le deuxième tourLe mouvement Ensemble ! remercie toutes les électrices et les électeurs qui ont porté leur suffrage sur la liste de Nicolas Mayer-Rossignol au second tour des élections régionales, permettant ainsi l'élection de cinq conseiller(e)s régionaux(ales) du Front de Gauche, dont un de notre mouvement, qui auront la lourde tâche de représenter les plus de 80000 voix qui s'étaient portées au premier tour sur la liste de Sébastien Jumel, et de défendre les intérêts de la population face aux attaques anti-sociales qu'elle subit tous les jours.

     Ce second tour des élections régionales a été marqué, en Normandie comme dans toute la France par une participation plus importante avec 217 934 électrices et électeurs de plus qui se sont rendus aux urnes. Mais cela ne doit pas masquer l'ampleur de la crise politique que traverse le pays, le désaveu qui touche les institutions et les partis politiques : le taux encore élevé d'abstention et le nombre de bulletins blancs ou nuls, rejetant dos à dos tous les partis politiques, sont là pour l'attester.

    En dépit de la politique libérale et austéritaire du gouvernement Hollande – Valls, les forces de gauche ont résisté dans plusieurs régions, dont la nôtre. Hélas en Normandie, c'est la droite qui l'emporte et l'on peut craindre une poursuite de la casse des services publics, ainsi que des politiques antisociales.

    Un moment crucial s’ouvre à gauche. Le Front National, banalisé et institutionnalisé par la droite qui chasse sur ses terres, s'affirme comme une force qui impose ses idées dangereuses, et qui est déterminée à s'emparer du pouvoir pour mettre en œuvre sa politique xénophobe, anti sociale et anti démocratique.

    Rien n’est écrit d’avance. Des énergies existent dans le pays qui refusent de céder au rejet de l’autre, au repli sur soi et au racisme.

    Les mobiliser doit être l'objectif des forces de gauche qui s’opposent à la politique antisociale du gouvernement, car c'est le désespoir, l'absence de perspectives d'une amélioration à court terme de leurs conditions d'existence qui nourrit l'abstention ou le vote populiste.

    Dans les prochaines semaines, toutes les forces sont nécessaires pour se mobiliser contre la politique de casse du Code du Travail imposé par Manuel Valls, contre les nouvelles Loi Macron qui libéralisent l'économie, contre les Grands Projets Inutiles et Imposés, contre toutes les formes de racisme et de discrimination qui gangrènent la société, contre l’état d'urgence pour faire vivre les droits démocratiques, sociaux, écologiques.

    Pour rassembler, il faut un projet commun de tous ceux qui à gauche et dans le mouvement social ne renoncent pas et aspirent à une alternative politique de rupture avec le libéralisme, un nouvel espoir. Ensemble ! propose que toutes les forces politiques et sociales qui partagent cette exigence se rassemblent, à l'échelle locale comme à l'échelle nationale. Il nous faut ensemble inventer de nouvelles pratiques qui permettent à l'initiative citoyenne de s'exprimer et se développer.

    Nous nous y emploierons.

    Pour Ensemble ! Normandie,

     

    Gilles HOUDOUIN

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Régionales 2015 - 24 Novembre - meeting du Front de Gauche au Havre

    Le 24 novembre, Sébastien Jumel, tête de la liste "Un vent de colère, un souffle d'espoir", était en meeting au Havre. A cette occasion, Ensemble ! a distribué une notice d'utilisation du médicament "Novidabor", destiné à lutter contre la macronite, maladie hélas hautement contagieuse. S'il vous reste un peu de ce médicament, vous retrouverez ci-dessous la notice pour l'utiliser à bon escient. On peut dépasser la dose prescrite !

    A l'occasion de ce meeting, Gilles HOUDOUIN, candidat Havrais sur la liste pour Ensemble ! à pu prendre la parole au nom de notre mouvement. Vous pouvez télécharger ici le texte de son intervention :

    Télécharger « intervention au meeting du 24.pdf »

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique