• Edouard Philippe et l'écologie

    Edouard Philippe et l'écologieL'héritage gaulliste

    Édouard Philippe se revendique du gaullisme, avec un tropisme affiché pour André Malraux. On sait que son gaullisme est dilué par une bonne dose de néo-libéralisme qui a sapé les fondements du gaullisme social incarné par les réformes promues par le Conseil national de la résistance. Mais, vu la place de l’écologie dans la campagne municipale actuelle, il n’est pas inutile de rappeler le bilan du gaullisme sur le nucléaire, thématique centrale de l’écologie.

    En effet, le mouvement gaulliste s'est distingué dans la promotion de la bombe atomique française, des essais nucléaires en Algérie et dans le Pacifique, et de l'industrie nucléaire française. En effet, sans industrie française de l'uranium, de son transport, de son raffinage, de ses cuves, conduites et chaudières, pas de capacité nucléaire. Pour rentabiliser ce système militaire dévastateur, le régime gaulliste a imposé la multiplication des centrales nucléaires chères et polluantes à EDF, aux dépens de l'énergie hydroélectrique existante, puis de l'exploration du renouvelable. Il a malheureusement été accompagné dans ses choix catastrophiques par une partie de la gauche socialiste et communiste, à différents moments, bien qu'avec des exceptions et des hésitations notables.

    AREVA, FRAMATOME, les sommets d'EDF, et d'autres sociétés parfois mixtes ou para-étatiques, organisées par le GIFEN (Groupement des Industriels français de l'énergie nucléaire), appuyées par les directeurs,-ingénieurs et communicants issus des grandes écoles (Polytechnique, École des Mines, ENA) figurent parmi les promoteurs et partenaires actuels les plus actifs d’Édouard Philippe et Emmanuel Macron.

    Est-il besoin de rappeler que l'écologie est, pour eux, un camouflage et une dépense fondamentalement inutile, imposés par une opinion publique ignorante ?

    Au delà du nucléaire civil, on se rend compte aujourd'hui que les bombes atomiques françaises ne nous protègent pas, et nous coûtent très très cher chaque jour (11 millions d'euros). Un grand nombre de pays se rassemblent pour une interdiction totale des armes nucléaires partout. L'existence de ces bombes met la Terre en danger en effet, plusieurs personnalités scientifiques  le précisent. La France gagnerait à rejoindre l'effort mondial pour écarter  ce risque très grave.

     
     
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    John Barzman
    Samedi 7 Mars à 20:27

    Municipales LH 2020

    FUKUSHIMA

    Toutes les centrales nucléaires peuvent connaître le même sort que la centrale japonaise.
    Jean-Paul Lecoq, tête de la liste n° 3, "Un Havre citoyen", soutient l'action de commémoration du désastre aujourd'hui 7 mars 2020. https://www.facebook.com/jeanpaul.lecoq76/posts/1126161761069836?notif_id=1583600637545859&notif_t=close_friend_activity

    La liste des accidents est longue. Citons: Three Mile Island et Tchernobyl et les douzaines d'accidents camouflés en "incidents" des centrales nucléaires françaises (fuites, fissures, émanations de basse intensité, alertes...).

     

    2
    John Barzman
    Vendredi 8 Mai à 10:17

    Article paru dans l'Observatoire du nucléaire

    [Merci à Jacques D. pour le signalement]

    http://www.observatoire-du-nucleaire.org/spip.php?article330&fbclid=IwAR2a0dlz2wwPku9XwwKNWZIwxRb7oYr9KEhPSlXAp1JLRY83mCZYt28RejY

     

    Edouard Philippe, impliqué dans le pillage de l’uranium du Niger par Areva et dans un conflit d’intérêt

    Edouard Philippe, impliqué dans le pillage de l’uranium du Niger par Areva…

    … et dans un conflit d’intérêt en tant que maire du Havre au profit de son ancien employeur Areva

     

    JPEG - 123 ko

     

    .
    L’Observatoire du nucléaire dénonce la nomination au poste de premier ministre de M. Edouard Philippe qui n’est en rien le personnage "modéré" que la communication macronienne tente de mettre en scène. Bien au contraire, M. Philippe a les mains très sales, ou plutôt… radioactives. En effet, lorsqu’il travaillait pour la multinationale atomique Areva, il a participé à de sombres manœuvres dans les coulisses uranifères de la Françafrique.

    .

    En octobre 2007, Edouard Philippe est nommé directeur de la communication et directeur des affaires publiques d’Areva. Son activité principale est alors de s’assurer de la collaboration de parlementaires acquis au lobby de l’atome. Il est ainsi en contact rapprochés avec Marc Vampa, député de l’Eure et président du groupe d’amitié France-Niger à l’Assemblée Nationale (*).

    .

    C’est précisément pendant cette période, le 13 janvier 2008, qu’un accord est signé entre Areva et le pouvoir du Niger concernant l’exploitation de l’uranium, accord immédiatement contesté par le Mouvement des Nigériens pour la justice, mouvement touareg en rébellion contre le pouvoir central de Niamey (**).

    .

    En effet, les maigres revenus de l’uranium, largement sous payé depuis des décennies par Areva, ne bénéficient en rien à la population, et encore moins aux Touaregs, alors que les mines d’uranium sont situées dans leurs zones traditionnelles de vie.

    .

    Il est donc logique de considérer que les manoeuvres en coulisse de M Philippe ne sont pas étrangères aux graves troubles qui ont eu lieu par la suite dans la zone sahélienne (Niger/Mali) et dans le fait que, poussés par la misère, des groupes Touaregs aient fini par s’allier à des mouvements djihadistes.

    .

    Mais, surtout, il est légitime de se demander pour qui agit M Philippe lorsqu’il est en charge des affaires publiques, que ce soit auparavant comme maire du Havre et désormais comme premier ministre.

    .

    Une première réponse est apportée par le fait que, à peine assis dans le fauteuil de maire du Havre (aimablement offert par son prédécesseur qui a démissionné en cours de mandat !), Edouard Philippe a offert un pont d’or… à son ancien employeur Areva, pour qu’il installe deux usines d’éoliennes off-shore, projet finalement abandonné piteusement en septembre 2016 : il serait intéressant d’enquêter pour voir ce que la sympathie d’Edouard Philippe pour Areva a finalement coûté aux citoyens-contribuables…

    .

    On notera d’ailleurs que, de 2007 à 2010, M. Philippe a cumulé sans état d’âme son poste chez Areva et son mandat d’adjoint au maire du Havre mais, aussi, que la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) lui a infligé un blâme pour avoir refusé de fournir des informations sur sa déclaration de patrimoine de 2014, pourtant exigées par la loi.

    .

    (*) cf Charlie Hebdo, 29 avril 2009
    (**) cf AFP, 17 janvier 2008

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :