• Deuxième tour : élire des députés qui porteront la voix des travailleurs et des jeunes

    8e circonscription : pas d’abstention, pas une voix ne doit manquer à Jean-Paul Le Coq le 18 juin !


    Les candidates et les candidats de la République En Marche arrivent en tête à l’échelle nationale. Macron a réussi à rassembler les libéraux de gauche et de droite et bénéficie pleinement du caractère monarchique des institutions de la Vème République. Mais ses propositions ne doivent pas passer à l’Assemblée nationale sans débat. Il faut des députés de la gauche anti-libérale.


    Dans la région du Havre, cela reste possible uniquement dans la 8ème circonscription (Gonfreville-l’Orcher, Le Havre) où Jean-Paul Lecoq s’est qualifié pour le deuxième tour. Ceux qui ont voté au premier tour pour la France Insoumise (François Panchout), Europe Ecologie Les Verts (Joséphine Landormi) et Lutte Ouvrière (Magali Cauchois) devraient naturellement le soutenir au deuxième tour. La candidate socialiste (Catherine Troallic), non qualifiée, appelle à voter contre Macron, donc pour Lecoq. Nous avons la chance d’avoir un candidat particulièrement apprécié pour sa fidélité au mouvement social, écologique et international, et pour sa démarche rassembleuse. Si ceux qui se sont abstenus au premier tour décident de voter, car les mauvais coups sont clairement annoncés, la victoire des travailleurs, des jeunes et plus largement de l’humanisme social et écologique est possible.


    Cette campagne qui rassemble la gauche debout, doit se prolonger après les élections dans une approche de démocratie participative, telle qu’annoncée dans l’appel des 1000.

    Empêchons le Front National, même divisé et affaibli, d’envoyer des députés à l’Assemblée Nationale pour y déverser sa propagande xénophobe de division du peuple.

    Les prochains mois seront décisifs. Emmanuel Macron va imposer sa contre-réforme du code du travail par ordonnance, puis attaquer l’assurance chômage et les systèmes de retraite… au détriment de la sécurité et des droits des chômeur-euses, des salarié-es, des indépendant-es, des retraité-es et des jeunes. En réalité, au vu de l’immensité des abstentions, cette politique n’a pas de légitimité. Pour mettre en échec la grande régression d’Emmanuel Macron, défendre les libertés démocratiques menacées par l’Etat d’urgence permanent, il faudra construire dans tout le pays un large front social et écologiste.


    Déclaration d’Ensemble ! Collectif du Havre, 12 juin 2017.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :