• Ce gouvernement est minoritaire. Il doit retirer sa loi ou être renversé

    Cela fait 2 mois que l'intersyndicale, les collectifs Nuit Debout partout en France, les organisations de jeunesse, des associations et des partis politiques sont mobilisés contre la destruction du code du travail.

    Malgré les provocations et la brutalité de la répression policière, le recours au 49.3, la mobilisation, loin de faiblir, s'étend.

    Après les routiers et les cheminots, et bientôt la RATP, ce sont les ouvriers de toutes les raffineries et du terminal pétrolier du Havre qui sont en grève. Plusieurs dépôts de carburant sont également bloqués. Le PDG de Total, aux abois tente le chantage contre la détermination des salariés. Il menace de "réviser sérieusement" ses projets ses projets d'investissements dans les raffineries françaises, au cœur de la contestation contre la loi Travail depuis la semaine dernière. « C'est quelque part une forme de rupture du pacte qui lie à la fois nos employés et notre entreprise », a estimé le PDG. Comme si des grands patrons pouvaient s'estimer liés par un quelconque pacte moral ! Si les raffineurs raffinent encore en France, c'est bien qu'ils y trouvent leur compte.

    Oui, il faut bloquer l'activité économique, faire converger les luttes et les mobilisations pour contraindre le gouvernement à retirer la loi travail, comme en 2006 avec le CPE.

    Le gouvernement et F. Hollande multiplient les provocations pour déstabiliser une opinion publique majoritairement favorable au retrait. M. Sapin déclare que les blocages sont illégitimes, M. El Khomri évoque « la prise d'otage des français » et fait ainsi preuve d'une belle pauvreté langagière en reprenant cette expression à la mode mise à toutes les sauces depuis plusieurs années et qui aurait de quoi faire bondir les personnes qui un jour ou l'autre ont réellement été prises en otage ! M. Valls quant à lui fait évacuer par la force les dépôts bloqués.

    « Ensemble! » dénonce la violence de la police contre les grévistes qui occupaient le dépôt de Fos-sur-mer

    « Ensemble! » condamne la stratégie de tension, les menaces, et les coups de force du gouvernement contre les salarié.e.s en grève et apporte à ces derniers tout son soutien.

    Nous voulons un code du travail protecteur des droits des salarié.e.s : c'est tout le contraire de l'inversion des normes proposée dans un texte parrainé par le Medef.

    La meilleure réponse au mépris et à la fuite en avant du gouvernement c'est une montée en puissance, sur la durée, des manifestations du 26 mai, du 14 juin, le soutien aux grèves en cours, l'extension, la généralisation de la grève.

    Ce gouvernement est minoritaire. Il doit retirer sa loi ou être renversé.

    L'heure est à la construction d'une alternative de gauche à la politique libérale du gouvernement.

    Le 26 mai, aura lieu une nouvelle journée d'action nationale intersyndicale. Vous pouvez télécharger ci-dessous le tract intersyndical des unions départementales de Seine-Maritime :


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :