• Arrêtons les frais !

    Arrêtons les frais ! Samedi et dimanche 1er et 2 octobre aura lieu à Flamanville (exactement à Siouville-Plage) un rassemblement pour l'arrêt du chantier de l'EPR de Flamanville, et contre le rafistolage des vieux réacteurs nucléaires.

    La technologie EPR est un des plus gros fiasco des 20 dernières années. Aucun des réacteurs dits de 3ème génération (à eau pressurisée) prévus ou dont la construction a déjà commencé depuis plus ou moins longtemps n'a encore pu être mis en service, accumulant retards, défauts de sécurité multiples et explosion des budgets.

    A Flamanville : Après des défauts constatés sur la cuve du réacteur, ainsi que sur les soupapes de sécurité, les dépenses atteignent aujourd'hui plus de 9 milliards d'euros au lieu des 3,3 milliards initiaux. La durée du chantier estimée est passé à 11 ans au lieu des 5 prévus ! 

    En Finlande, l'EPR d'Olkiluoto, commencé en 2005, devait être livré en 2009 et finalement ne le sera pas avant 2018. Le coût final devrait être de 8,5 milliards d'euros au lieu des 3 initialement prévus. Areva vient d'être assignée en référé par TVO, la société finlandaise cliente.

    En Inde, les 6 réacteurs de l'EPR de Jaitapur, annoncés en 2010 par le gouvernement indien et Areva devaient être construits dans une zone sismique. Dans cette région, le 11 décembre 1967, un séisme de magnitude 6,3 a fait 177 morts et 50 000 sans-abri. En 1993, 9000 tués par un séisme également de magnitude 6,3. Pour l'instant le projet est toujours dans l'impasse, remis une première fois en cause après la catastrophe de Fukushima, et ensuite grâce à une farouche résistance de la population, et ce malgré la signature d'un accord en janvier entre EDF et l’Électricien indien. Le coût devrait avoisiner 60 milliards de dollars !

    Seul celui de Taishan, en Chine, semblerait pour l'instant respecter les délais et les coûts. Mais, Selon l'agence de presse américaine Bloomberg News (19 juin 2014), il existe des défaillances potentielles en termes de sécurité des chantiers et des installations. Selon un responsable français de la sûreté nucléaire,  : « Il n’est pas toujours facile de savoir ce qui se passe sur le site de Taishan »  (Stéphane Pailler, directeur des relations internationales à l’Autorité de sûreté nucléaire, 23 juin 2014). Cela augure mal de la confiance que l'on pourra accorder à ces réacteurs, en terme de sécurité !

    l'EPR de Flamanville est le premier de la série et le chantier a commencé en 2007. Lorsqu'il sera mis en service, la technologie aura déjà plus de 10 ans de retard !

    Malgré cela, malgré les échecs et les retards, EDF a accepté récemment la construction de 2 réacteurs EPR à Hinkley Point, en Grand-Bretagne, avec des conditions posées par le gouvernement anglais (1) telles que, si des retards du même ordre que ceux constatés aujourd'hui sur les autres chantiers venaient à arriver en Grande-Bretagne, la viabilité même d'EDF pourrait être remise en cause ! A tel point qu'en avril, le directeur financier d'EDF démissionnait, refusant de cautionner un projet qu'il jugeait trop risqué !

    Il faut stopper cette course effrénée vers l'inconnu ! Cette course aveugle au profit immédiat, au détriment de la vie à long terme des entreprises et plus simplement de la sécurité de nos concitoyens ! C'est l'objet de ce rassemblement des 1er et 2 octobre.

    Les premiers concernés, nos camarades de la Manche, ont communiqué dans la presse à ce sujet :

    "Ensemble 50 !, partenaire du Front de Gauche, appelle à participer aux différentes initiatives anti-nucléaires qui se tiendront les 1er et 2 octobre près de Flamanville.

    50 ans après le lancement du programme nucléaire civil, le constat est consternant :

    Aucune solution n’existe sur la gestion des déchets sauf la fuite en avant par l’enfouissement.

    Pour répondre au vieillissement des centrales où les risques d'accident se multiplient, EDF met en place un vaste programme de « carénage » qui l’amènera inéluctablement au dépôt de bilan.

    La fuite en avant dans la construction des EPR à la technologie non maitrisée enlise EDF et AREVA, qui devront faire appel à l'Etat et donc aux contribuables après avoir étranglé les consommateurs.

    Ensemble 50 ! appelle à la maitrise de la consommation énergétique, au redéploiement des budgets recherches vers les énergies renouvelables, au développement de syndicats locaux et publics des énergies renouvelables au plus près des lieux de consommation."

    Comment aller à Flamanville : à partir de Rouen, un transport est organisé, suivez le lien !

     

    (1) prix de l'électricité bas (92,5 £/MWh) et garanti pendant 35 ans, interdiction à EDF de revendre ses parts (66,5%) pendant toute la phase de construction, obligation de fournir 7% du marché de l'électricité en 2025...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :