• Ciné/débat : La bombe et nousDans le cadre des rendez-vous du mois d'avril (qui seront nombreux, nous aurons l'occasion d'y revenir), nous nous faisons les porte-paroles du Mouvement de la Paix, de la Ligue des Droits de l'Homme du Havre, d'Eco-Choix et du cinéma Sirius pour annoncer la

    PROJECTION DU FILM

    LA BOMBE ET NOUS

    Jeudi 5 avril à 20h45, au cinéma Sirius

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Dans la rue le 22 mars !Après les mobilisations des personnels et résident-e-s des EHPAD, celles des retraité-e-s, et bien sûr celles des employé-e-s et ouvrier-e-s des entreprises candidates aux licenciements boursiers, ce sera au tour jeudi de la fonction publique et des cheminot-e-s.

    Prémices à un réveil durable de la combativité ? Nous l’appelons de nos vœux !

    Depuis les mobilisations hélas non couronnées de succès contre la loi travail, les gouvernements successifs se croient tout permis, prétendent passer outre le débat parlementaire en légiférant par ordonnances, ne conçoivent la « concertation » avec les partenaires sociaux que comme un moyen de leur dicter les choix patronaux.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • 19 mars 1962 : fin de la guerre d'Algérie19 mars 1962 : les accords d'Evian marquent la fin de la guerre d'Algérie. Sauf pour l'OAS et les tenants de "l'Algérie française" qui y voient une trahison. La guerre d'Algérie, rappelons-le, n'a pas toujours été reconnue comme une guerre : le gouvernement et l'armée française la caractérisaient comme de simples "opérations de maintien de l'ordre en Algérie", refusant d'y reconnaitre la lutte d'une nation pour son indépendance contre une nation colonisatrice. Encore aujourd'hui, la médaille décernée aux combattants de cette guerre s'appelle "commémorative des opérations de sécurité et de maintien de l'ordre en Afrique du Nord". Tout un symbole.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    3 commentaires
  • Révolution et guerre en Syrie : 7 ans déjà !15 mars 2011 :

    Quinze écoliers sont arrêtés et torturés à DERAA (extrême sud-ouest de la Syrie, 80 000 habitants) pour avoir tagué des slogans de la révolution égyptienne, transposés à la Syrie : Jay alek el ddor ya doctor ("ton tour arrive, docteur").

    Après 50 ans d'état d'urgence, d'oppression et de privation de libertés démocratiques, c'est l'étincelle qui met le feu aux poudres. Un appel au soulèvement est lancé, et des manifestations quotidiennes se succèdent à Deraa, ainsi que dans d'autres villes : Alep, Damas, Homs, Deir ez-Zor. A Deraa, la police tire à balles réelles, tuant 4 personnes et en blessant plus de cent. Ces événements marquent le début de la révolution.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Wilfrid PasquetNotre camarade Wilfrid PASQUET s'est éteint le 2 mars 2018.

    J'ai connu Wilfrid lorsque j'ai commencé à militer aux "comités rouges" (qui regroupaient les sympathisants de la LCR), en 1976. Il était déjà militant depuis plusieurs années, puisqu'il avait adhéré à la Ligue Communiste alors qu'il était étudiant à Rouen et surveillant au CET "Les Vikings", au tout début des années 70. De neuf ans mon aîné, il m'avait alors impressionné, par sa culture politique et son histoire militante. Etre militant trotskyste chez les dockers n'était pas de tout repos ! Même en tant que fils de docker.

    Cette période, avec  tous les combats qu'il a menés au sein du syndicat pour tenter d'en démocratiser le fonctionnement et tous les coups - au physique comme au moral - qu'il avait pris à cette occasion, l'avait beaucoup marqué, au point qu'il en parlait encore souvent.

    Né avec la guerre du Vietnam, il avait l'internationalisme chevillé au corps et dans le cadre de son activité professionnelle, il avait eu des contacts avec des militants de l'IRA.

    En 1973, alors membre de la direction de ville de la LCR, il est présenté comme candidat aux élections législatives de mars, sur la circonscription Harfleur-Havre Est - Caucriauville.

    Il quittera la LCR en 1980, puis y militera à nouveau quelques temps à partir de 1998. A la même époque, il participe à la fondation d'Attac dont il sera l'un des dirigeants nationaux, membre du conseil d'administration.

    Il participe en 2005 à la magnifique campagne unitaire pour le "Non" au traité constitutionnel européen, puis milite au sein des Comités Unitaires Anti-Libéraux (CUAL), directement nés de cette campagne, pour une candidature unique aux présidentielles de 2007.  Avec Attac, il sera l'un des artisans du grand meeting unitaire qui eut lieu au gymnase Navalis lors de la grandWilfrid Pasquete grève contre la réforme des retraites de 2010. Ce meeting, resté dans les mémoires, a regroupé au Havre tout ce que la gauche de combat comptait d'orateurs et d'oratrices, dont notre camarade Clémentine Autain, et a durablement marqué l'image de la ville comme "Le Havre de Grève".

    En 2011, il rejoint la Gauche Anticapitaliste, regroupant les 40% de militants qui venaient de rompre avec le NPA, et c'est tout naturellement qu'il participera dès le début à la construction du "regroupement" (FASE, les Alternatifs, Gauche Anticapitaliste, Gauche Unitaire, Convergences et Alternative) qui deviendra Ensemble ! en novembre 2013. C'est là que nous nous sommes retrouvés, 33 ans plus tard, mais sans jamais nous être perdus de vue car il était toujours présent dans tous les combats, dont celui pour la Palestine car il était également membre de l'AFPS. Encore sa fibre internationaliste. Il s' était d'ailleurs rendu en Palestine il y a deux ans avec trois autres camarades et amis très investis et qu'il connaissait bien : René Lemâtre, Jean-Philippe Ternon et Bernard Pellegrin.

    Le syndicat des Dockers, avec lequel Wilfrid entretenait des rapports plus que tendus, fera un lobbying scandaleux pour qu'il ne puisse pas être sur la liste commune PCF - Parti de Gauche -Ensemble ! aux municipales de 2014. Mais en tant que militant d'Ensemble ! il sera suppléant dans le canton du Havre 5, lors des cantonales de 2015, au titre des candidatures communes PCF, Nouvelle Donne, EELV, Ensemble ! à l'échelle du département.

    Dernièrement, il s'était également investi dans le Groupe d'Appui Université-Danton de France Insoumise. Il était content d'y militer car il y retrouvait "des jeunes" !

    Les blessures de son passé et son caractère entier ne le portaient pas naturellement au compromis. Il était sans compromission avec ses ennemis. Le reniement et la trahison étaient ce qu'il détestait par-dessus tout. Mais sa fidélité à la cause ouvrière et à ses combats, rarement vainqueurs et toujours difficiles, était sans faille.

    Wilfrid, tous tes camarades d'Ensemble ! du Havre, de Rouen et d'ailleurs(1) sont de tout cœur avec Nicole, ta compagne, et tes enfants, dans ce moment difficile où tu vas leur manquer, comme tu nous manques déjà.

    Au nom de tous et toutes,

    Gilles

     

    (1) Ingrid Hayes, dirigeante d'Ensemble ! , nous a adressé un message au nom de son amitié pour Wilfrid.

    Partager via Gmail

    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires