• La détérioration du service public de la SNCF n’est pas sans provoquer de réactions dans notre région.

    La disparition des petites lignes a  des répercussions sur la vie quotidienne des citoyens, sur l’emploi, et à terme induit la désertification des territoires.

    A l’heure des grands projets inutiles et coûteux, la défense d’un transport collectif de proximité relevant du service public, qui irrigue tout le territoire, contribue à « construire un autre monde » répondant aux besoins des populations et réduisant les pollutions.

    C’est ce qu’ont compris les adhérents de l’Association de défense du Fer en Caux, qui cible plus particulièrement la  ligne Bréauté-Fécamp.  Le collectif , créé sous l'impulsion de la CGT Cheminot, est maintenant composé d'usagers, de cheminots, de responsables politiques de tous bords. Il demande à être consultés lors des décisions futures concernant l'aménagement ferroviaire du territoire.

    SNCF : les usagers se rebiffent

    Ce collectif  a adhéré à Convergence National Rail,  qui fédère toutes ces luttes « ferroviaires » unissant salariés et usagers, entre autres en Normandie.

    Pendant ce temps, la presse locale  se fait l’écho  du mécontentement des usagers sur les dysfonctionnements de la ligne Paris-Rouen-Le Havre : retards répétitifs, toilettes fermées…,  sur l’action de l’association « Vernon train de vie » et dans l’Eure et sur la colère des élus locaux.

    Partager via Gmail

    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires