• Communiqué de Ensemble!
    Mouvement pour une alternative de gauche, écologiste et solidaires

    Il faut que le peuple reprenne la parole.

    269 députéEs, dont 253 socialistes, ont voté la confiance à M. Valls. Soit une majorité rétrécie par rapport au précédent vote du 8 avril. M. Valls n'a pas convaincu les frondeurs de lui accorder leur confiance.

    31 socialistes et 17 députéEs écologistes ont choisi de s'abstenir.

    Les députéEs du Front de gauche ont voté contre la confiance au gouvernement Valls 2.

    Aucune inflexion n'a été annoncé par le premier ministre dans son discours de politique générale.

    Le cap est maintenu en ce qui concerne les cadeaux au patronat avec la suppression de leurs charges sociales à hauteur de 40 milliards ainsi que la diminution de 50 milliards en trois ans pour les dépenses publiques, dont 21 milliards en 2015.

    Au peuple de reprendre la parole pour censurer le gouvernement, refuser cette politique d'austérité aux conséquences sociales désastreuses.

    Il faut assurer le succès des mobilisations sociales déjà annoncées.

    Mais, en même temps faire la démonstration qu'une autre politique alternative à l'austérité est possible.

    Il s'agit maintenant de rassembler les forces politiques de gauche et écologistes, les forces du mouvement social pour co-construire partout des assises contre l'austérité et pour la transformation sociale, démocratique et écologique.

    C'est ce que propose « Ensemble ! Mouvement pour une alternative de gauche écologiste et solidaire », membre du Front de gauche.

     

    Le 17 septembre 2014.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Le tribunal de police de Dieppe a comdamné EDF à deux amendes de 3750 €, un peu plus que les réquisitions du procureur (2000 €).

    Le défaut d’étanchéité et la présence d’eau radioactive constatées lors d’un contrôle en 2012 ne sont pas considérées comme de la pollution environnementale.

    Les associations parties civiles devront recevoir des dommages-intérêts à hauteur de 500 € pour Hute Normandie nature environnement, France nature environnement, Sortir du nucléaire et 1 € pour le collectif Stop EPR ni à Penly ni ailleurs. Le procureur avait requis 2000 € par association.

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • Texte de la lettre envoyée le 18 juillet 2014 par Jean-Paul Lecoq au Président de la République :

    Monsieur le Président,

    Le jeudi 17 juillet, l’armée israélienne a lancé une opération terrestre sur la bande de Gaza, envahissant de fait un territoire étranger. Outre la violation flagrante du droit international, puisque cette opération n’a reçu aucun aval des Nations-Unies, la situation des populations civiles est particulièrement alarmante.

    Le silence de la France suite à cette intervention est inacceptable, devant l’accumulation des victimes civiles palestiniennes parmi lesquelles se trouvent des enfants. La neutralité dans ce conflit est une insulte au droit international, qui s’apparente davantage à un soutien à Israël, puisque cet Etat délinquant n’a jamais respecté les résolutions des Nations-Unies et utilise la répression la plus féroce sans aucun discernement.

    Ce conflit, vous le savez, intervient dans un contexte d’occupation et de colonisation par Israël de territoires palestiniens et d’opposition systématique à la création d’un Etat souverain. C’est le pot de terre contre le pot de fer. Et la France si prompte à dénoncer les tirs de roquettes du Hamas est étrangement silencieuse lorsqu’il s’agit d’évoquer les raisons de ce conflit.

    Je vous demande donc Monsieur le Président, en vertu des pouvoirs qui sont les vôtres, de prendre en urgence les mesures qui s’imposent : le rappel de l’ambassadeur de France à Tel Aviv, le gel des avoirs israéliens en France et l’arrêt des relations commerciales avec cet Etat terroriste. Je demande également que les dirigeants israéliens sur le sol français soit arrêtés. Le traitement fait aux populations civiles palestiniennes est en effet constitutif de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité.

    La France doit enfin utiliser son statut de membre permanent du conseil de sécurité des Nations-Unies, pour convoquer une réunion en urgence de cette instance, afin que ces crimes cessent dans les plus brefs délais.

    Monsieur le Président, les paroles de paix ne servent à rien lorsque ce sont les bombes qui parlent et quand des victimes innocentes périssent. La France, pays des droits de l’Homme, est censée être un exemple dans ce domaine, ne peut rester sans réaction devant l’innommable. Elle doit agir maintenant. Il en va de l’honneur de notre pays. Il en va de son humanité.

    Je vous prie de croire, Monsieur le Président, en l’expression de mes salutations distinguées.

    Jean-Paul LECOQ

    Maire

    Ancien député, membre de la commission des affaires étrangères

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Alerte le 26 mai : une fuite a été détectée sur l'oléoduc qui alimente les raffineries de Total à Gonfreville l'Orcher et celle de Grandpuits en Seine et Marne. Cette fuite s'est produite au niveau de Saint Vigor d'Ymonville.

    Mobilisation des pompiers et périmètre de sécurité... On nous assure que le pipeline a été isolé et la fuite  stoppée, que Total et Pipeline d'Ile de France répareront les dégâts et effectueront les réparations nécessaires.

    La préfecture de Seine-maritime a précisé dans un communiqué que compte-tenu de la proximité de la réserve naturelle de l'estuaire, l'incident faisait l'objet d'une vigilance renforcée des services de l'Etat. Une reconnaissance aérienne par hélicoptère devait préciser l'étendue des rejets.

    La portée de tels "incidents" n'est-elle pas minimisée ? La sécurité de ces installations est-elle aussi fiable qu'on voudrait nous le faire croire ?

    Source : http://haute-normandie.france3.fr/2014/05/26/fuite-d-hydrocarbures-pres-du-havre-484901.html

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • La "décentralisation" que le pouvoir en place veut nous imposer à marche forcée n’a rien à voir avec une démocratie de proximité. Il s’agit d’un projet de découpe du territoire pour mieux faciliter l’exploitation capitaliste.

    Le gouvernement Hollande a déjà consacré les "métropoles" comme clé de voûte de sa réforme et l’étape suivante s’attaque aux départements, qui seraient progressivement vidés de leur substance, avant de disparaitre. Leurs compétences seraient prises en compte par ces « métropoles », de grandes Régions (dont le périmètre semble avoir été décidé selon l’influence des grands barons du PS), et des intercommunalités elles aussi agrandies (en fonction des intérêts des petites baronnies locales ?).

    C’est toute une conception capitaliste de l’espace qui se met en place sous nos yeux, centrée autour de métropoles où se concentreraient le pouvoir et les activités haut de gamme, et de grands corridors de circulation des hommes et des marchandises. Tout se passe comme si ces collectivités n’étaient créées que pour mieux se faire concurrence, cherchant chacune à dérouler le tapis rouge devant les multinationales pour qu’elles daignent bien vouloir implanter l'activité sur leur territoire. C’est ce que le discours dominant appelle "l’attractivité". Le tout au prix de l’abandon de pans entiers des économies locales, de la désertification des espaces délaissés et de dégâts écologiques.

    Dans notre région, la "Ligne nouvelle Paris Normandie" répondrait aux attentes d’hommes d’affaires pressés, pour un coût financier et écologique considérable, et au détriment de la majorité de la population. Le canal Seine-Nord, autre projet pharaonique, mettrait les ports en concurrence, pour mieux casser la résistance des portuaires.

    Nous partageons l’analyse des élus communistes et républicains (Tribune politique du 7 avril 2014), à propos du statut de Métropole qui sera accordé au 1er janvier 2015 à l’agglomération de Rouen.

    Ils dénoncent l’inégalité à venir entre territoires, demandent le maintien de la clause de compétence générale qui permet aux collectivités d’agir dans des domaines facultatifs, comme le sport, la culture ou l’aide aux associations.

    Ils demandent également l’engagement de l’Etat pour la pérennité du financement des minimas sociaux.

    Télécharger « Tribune politique.png »

    Voir un article du site national d'Ensemble sur le même thème

    Partager via Gmail

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires